Gouvernement-SLECG : reprise des négociations ce vendredi

Claudine Rigal
Mars 14, 2018

Venus du Burkina Faso, du Mali, de la Côte d'Ivoire et de la Guinée, ces missionnaires ont rencontré, mercredi, 07 mars 2018, dans la matinée, les responsables du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), branche Aboubacar Soumah, mineure de la grève depuis le 12 février dernier.

Actuellement, les ministres Tibou Kamara, Cheick Taliby Sylla et Gassama Diaby tentent de convaincre la délégation syndicale conduite par Oumar Tounkara. Le gouvernement prie les enseignants d'accepter que dès le mois de mai, 10% leur soient versés; avant la rentrée prochaine, 10%; et dès le début de l'année 2019, le reste des 10% Le gouvernement prie les enseignants d'accepter que dès le mois de mai, 10% leur soient versés; avant la rentrée prochaine, 10%; et dès le début de l'année 2019, le reste des 10%.

" C'est pour que dans la sérénité, l'Etat puisse les écouter avec responsabilité sur leurs conditions de vie absolument inadmissible". Il faut le dire de la façon la plus simple, mais la plus nette; ils sont dans des conditions de vie et de travail extrêmement dure et pénible. La deuxième vérité est que personne nous saurait tenir les enseignants pour responsables de cette situation... "L'assise nationale des enseignants sera préparée en étroite collaboration avec le SLECG pour mettre tout sur table afin que la nation guinéenne ouvre les yeux sur leurs conditions de vie et de travail et que des mesures appropriées soient engagées en collaboration avec les partenaires qui vont structurellement les accompagner", ajoute t-il. Il soutient qu'il faut que justice soit rendu aux enseignants guinéens.

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) a bénéficié cette semaine du soutien de la Fédération Syndicale Autonome des Banques, Assurances et Micro Finances de Guinée (FESABAG). Nous n'avons pas mesuré à sa juste valeur, je dirais à sa juste gravité le besoin de justice dans notre pays. Aux dernières nouvelles, les émissaires du gouvernement ont annoncé que le chef de l'Etat a accepté finalement de rétablir les enseignants dans leur droit: en payant les 40%, prélevé et qui a été à l'origine de la grève. Après avoir religieusement écouté le ministre Gassama les syndicalistes ont promis de rendre compte demain samedi à leurs mandants à l'occasion d'une assemblée générale. "La réaction de la base sera transmise à l'autorité à temps opportun et dans un délai très court", a indiqué le syndicaliste.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL