Harcèlement sexuel: le studio de cinéma Weinstein dépose le bilan

Pierre Vaugeois
Mars 20, 2018

À toute chose malheur est bon, veut le dicton, et il semblerait que la sagesse populaire se confirme dans le cas du dépôt de bilan du Weinstein Studio. La Weinstein Company, le studio de cinéma à la réputation ternie par le scandale des abus sexuels de son président Harvey Weinstein, a annoncé lundi qu'elle s'était déclarée en faillite devant un tribunal du Delaware. Dans un communiqué, The Weinstein Company indique également avoir trouvé un repreneur - la société d'investissement Lantern Capital - "de ses actifs et de ses employés". "Même si nous avions espéré arriver à une reprise hors tribunal, le conseil d'administration est heureux d'avoir un plan qui permette de maximiser la valeur des actifs et de préserver le maximum d'emplois et de rendre justice aux victimes", a déclaré Robert Weinstein, cité dans le communiqué.

Criblé de dettes - entre 500 millions et un milliard de dollars -, le studio espérait échapper au dépôt de bilan après avoir obtenu un accord de reprise avec un consortium d'investisseurs emmené par Maria Contreras-Sweet, ancienne membre de l'administration Obama.

Aucune information chiffrée n'a été donnée concernant cet accord de rachat.

" Depuis octobre, il a été signalé que Harvey Weinstein s'était servi d'accords de confidentialité comme d'une arme secrète pour réduire au silence ses accusatrices". "La société remercie les individus courageux qui ont déjà pris la parole". Le studio ne précise cependant pas combien d'accords de confidentialité avaient été signés. Pour le procureur de l'État de New York Eric Schneiderman, qui avait assigné la compagnie en justice en février et empêché un accord de reprise de celle-ci faute de dispositions suffisantes pour les victimes d'Harvey Weinstein, cela va permettre "à des voix qui ont été trop longtemps bâillonnées de pouvoir enfin être entendues".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL