Il fait plus froid en Europe qu'en Arctique…

Evrard Martin
Mars 1, 2018

Le thermomètre a affiché jusqu'à -35°C dans certaines régions du centre de la Russie dimanche, -12°C en Pologne ou encore -10°C dans l'est de la France.

Il fait entre -6 et -12 dans le nord de la France, et un froid polaire s'est installé dans toute l'Europe. Au lieu de tourner en vortex autour des pôles, la " barrière " des vents qui sépare l'air chaud au sud et l'air froid au nord forme des sortes de pics bas et haut, comme une sinusoïde.

La station météo du Cap Morris Jesup au Groenland a enregistré, depuis le 16 février dernier, plusieurs jours où la température dépasse 0 degré à "seulement " 650 kilomètres du pôle Nord: les 16, 17, 18, 20 et 21 février.

Cette vague de chaleur en Arctique force même les scientifiques à reconsidérer leurs prévisions les plus pessimistes concernant les changements climatiques.

Alors que l'Europe grelotte, touchée parune vague de froid tardive, le pôle Nord a connu un pic de chaleur avec des températures 30 degrés au-dessus des normales saisonnières. À l'extrême nord du Groenland, il faisait 6,2 °C contre 2 °C à Paris dimanche 25 février. "Les deux phénomènes sont " directement liés " pour le prévisionniste, par " une situation de blocage anticyclonique sur le nord de la Scandinavie (...) avec une remontée d'air doux de l'Islande vers le pôle Nord d'un côté, et de l'autre côté de l'anticyclone, des descentes d'air froid de l'Oural et de la Russie occidentale vers l'Europe de l'Ouest ". Une situation très inquiétante, d'autant plus que sur les cinq derniers hivers, il y en eu a 4 durant lesquels des températures positives ont été relevées.

" On a un hiver exceptionnel sur l'Arctique, l'hiver précédent l'avait déjà été et on ne prend pas trop de risque en disant que le suivant le sera. (...) La tendance de fond est très claire, (...) c'est le réchauffement de l'Arctique ", renchérit M. Kapikian.

Pour la climatologue Marlene Kretschmer, de l'Institut de Potsdam pour la recherche sur le changement climatique, la tendance des dernières années peut certainement être liée au changement climatique. Incroyable, les températures sont 30°C au-dessus des normales de saison. La banquise n'a jamais été aussi petite, et les climatologues estiment que l'océan Arctique sera sans glace d'ici 2050 pendant l'été.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL