Journée des droits des femmes : le bad buzz de la SNCF

Xavier Trudeau
Mars 10, 2018

"Pas de 1ère classe, pas de chocolats", c'est le coup de com dont la SNCF se serait sûrement bien passée en cette journée internationale des droits des femmes. "SNCF n'a jamais distribué de chocolats à ses clientes TGV à l'occasion de la journée des droits de la femme, contrairement à ce que pourrait laisser entendre un article de presse publié en ligne et certaines expressions sur les réseaux sociaux", précise le groupe de transports ferroviaires.

Les consignes étaient effectivement de ne donner des chocolats qu'aux femmes de 1ère classe.

#SNCF prévoyait de distribuer des chocolats uniquement pour les femmes de 1ere classe à bord des #TGV pour la journée de lutte pour les droits des femmes. Une attention généreuse mais dirigée uniquement vers les femmes plus fortunées, qui a immédiatement suscité la polémique chez les voyageurs. La philosophie #macron gangrène la #SNCF!

Et l'affaire, en effet, est remontée à la direction nationale de la SNCF. En ce jeudi 8 mars, la SNCF a dû réaffirmer son engagement contre les discriminations faites aux femmes, après que la CGT Cheminots de Lyon a révélé une initiative locale pour le moins maladroite. "On est intervenu parce que pour nous, c'était remettre une couche sur une discrimination". Celle-ci indique à LCI, ce jeudi matin, qu'il s'agissait "d'une initiative locale sur l'axe TGV Sud-Est, déplacée et complètement contraire au valeurs de la SNCF et aux consignes données en interne depuis des années".

"Toutes les animations sexistes -comme des ateliers maquillage ou cup cakes- prévues à l'occasion du 8 mars sont interdites", a ajouté l'entreprise publique, avant de conclure en rappelant avoir mis en place un "baromètre du sexisme ordinaire chez la SNCF" en 2016.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL