La vague de froid sibérien fait ses premières victimes

Claudine Rigal
Mars 1, 2018

Cette culture de la température ressentie est ancienne aux Etats-Unis ou au Canada, mais plus récente en France où elle a servi dans les années 2000 à l'élaboration des plans "grand froid" destinés à limiter les impacts sanitaires des vagues de froid, notamment sur les populations vulnérables.

De la Baltique à la Méditerranée, l'Europe reste saisie par un froid glacial venu de Sibérie, qui a fait plus d'une vingtaine de morts depuis vendredi 23 février.

La vague de froid sibérien qui s'est abattue sur le continent européen devrait encore s'accentuer mardi 27 février, après avoir fait au moins dix morts depuis trois jours.

Avec des températures prévues jusqu'à -10°C voire -15 dans la nuit de mercredi à jeudi, le bourgmestre (maire) d'Etterbeek, l'une des 19 communes de la région bruxelloise, a ordonné l'arrestation administrative et la mise à l'abri de SDF qui n'accepteraient pas de leur plein gré d'être hébergés car "le risque vital est majeur".

En Allemagne, l'Association d'aide pour les sans-abri a réclamé que les centres d'accueil soient ouverts toute la journée et pas seulement la nuit: " On peut aussi mourir de froid pendant la journée", a insisté Werena Rosenke, à la tête de l'association, qui a recensé quatre décès dus au froid depuis le début de l'hiver.

En France, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a annoncé que 150.000 places d'hébergement d'urgence étaient disponibles, " un chiffre jamais atteint ".

Londres a subi ce mardi de fortes chutes de neige, alors que la capitale italiene, Rome, a connu lundi ses premiers flocons en six ans. Les photos de rayons de pain vides dans les supermarchés fleurissaient sur les réseaux sociaux. De nombreux vols ont été annulés ou retardés dans les aéroports britanniques.

Aux Pays-Bas, la fièvre du patinage s'est emparée du pays.

Un homme de 65 ans a été retrouvé mort à l'extérieur de sa maison, dans le nord du pays. Plusieurs accidents similaires ont été signalés dans des villages près d'Utrecht et d'Amsterdam, mais les victimes ont pu être secourues à temps.

"Le tabloïd Österreich a décerné la palme du " job le plus glacial d'Autriche " à Ludwig Rasser et Norbert Daxbacher, employés à la station météo du Sonnblick à 3.109 mètres d'altitude, qui trois fois par jour doivent sortir pour effectuer les relevés des appareils de mesure". "A -32°C (température de mardi), le ressenti avec le vent est de -60°C", a témoigné Ludwig. Les établissements scolaires restaient aussi perturbés: crèches et écoles restaient fermées à Naples et dans de nombreuses villes italiennes, dans l'ouest de la Bosnie ou le nord-est et le sud de la Bulgarie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL