Le diagnostic se fait trop tard — Allergies chez l'enfant

Evrard Martin
Mars 20, 2018

Et cette année, l'association Asthme et allergies souhaite plus que jamais alerter sur les risques et conséquences chez les plus jeunes. "D'autres recommandations peuvent être formulées comme d'éviter de tondre la pelouse ou de ramasser des végétaux (feuilles...), de protéger ses yeux avec des lunettes de soleil, de se changer et de se doucher régulièrement, d'éviter le contact avec d'autres irritants pouvant amplifier les symptômes d'allergies tels que la fumée de tabac", prévient le ministère de la Santé. "Chez l'enfant, les allergies sont aujourd'hui plus graves et plus fréquentes", constate le Pr Jocelyne Just, pneumologue-allergologue pédiatrique et chef de service à l'hôpital Trousseau. En 20 ans, le nombre d'allergiques a doublé.

L'hérédité explique en partie le phénomène.

En outre, les sondés pensent que le risque pour un enfant sans parent allergique de développer une allergie est de 3%, alors que les scientifiques l'évaluent à 10%.

D'après une estimation de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), "25 à 30% de la population est allergique à quelque chose", et environ 10% des enfants souffrent de cette maladie. Couplés, les deux facteurs augmentent d'autant plus les risques de survenue de la maladie. Selon un sondage IFOP réalisé auprès d'un millier de personnes en février 2018 et publié à l'occasion de la journée française de l'allergie: 64% des Français n'ont pas conscience que l'allergie peut survenir à tout âge de la vie.

Ils sont 87% à ignorer que la maladie peut être diagnostiquée dès les premiers mois de l'enfant. L'association Asthme & Allergies rappelle que les enfants vivant dans des zones polluées souffrent deux fois plus d'asthme allergique et trois fois plus d'eczéma que ceux grandissant dans les régions moins polluées. Pour Christine Rolland, directrice d'Asthme & Allergies "il est intolérable en 2018 de laisser de jeunes enfants dans une situation d'abandon thérapeutique alors que des solutions de dépistage, de prévention -comme l'éviction- et des traitements existent".

De son côté, Jocelyne Just estime que "Face à un environnement qui nous rend malades, la mobilisation citoyenne est juste indispensable". De quoi permettre aux parents de poser toutes leurs questions à différents allergologues.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL