L'opposition veut créer un front uni derrière Moïse Katumbi — RDC

Claudine Rigal
Mars 13, 2018

L'ex-gouverneur de la province du Katanga (sud-est) et président du club du TP Mazembe, l'unde des gloires du football africain, partage aujourd'hui sa vie entre la France, la Belgique, l'Afrique et les Etats-Unis, a-t-il expliqué lundi.

À Johannesburg, en Afrique du Sud, plus de 200 militants de l'opposition congolaise, issus notamment du G7 et de l'Alternance pour la République, sont actuellement réunis. Ensemble, ils souhaitent créer une plateforme en vue de la présidentielle de décembre prochain. Soit dit en passant, le richissime homme d'affaires congolais bénéficie du soutien d'une quinzaine de partis politiques qui entendent le porter à la tête de la RDC en proie à la violence sociopolitique depuis que le président Joseph Kabila ne fait plus mystère de sa volonté de briguer un nouveau mandat présidentiel.

En RDC, des élections sont prévues le 23 décembre 2018 après plusieurs reports.

Les élections ont été repoussées à deux reprises, ce qui a provoqué des manifestations violentes dans le pays. Ils ont rejoint l'opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré pour la prochaine présidentielle. Les autorités congolaises ont promis de l'arrêter dès son retour au pays.

"Je n'ai pas peur d'être arrêté", a-t-il affirmé. Vous l'aurez donc compris, Moise Katumbi n'a pas fait que lancer seulement son parti.

A Kinshasa, l'UDPS explique que Félix Tshisekedi sera lui aussi candidat à la présidentielle quand il aura été désigné président du parti par le congrès qui doit se tenir en mars. Seulement voilà! Le tout n'est pas de se porter candidat.

Le lancement de "Ensemble pour le changement" s'est fait dans une atmosphère houleuse, obligeant M. Katumbi à interrompre momentanément son discours et contraignant le service de sécurité à fermer à clé la salle de presse. "On ne peut pas faire confiance à quelqu'un qui a été un temps avec le gouvernement en place", a déclaré un jeune Congolais en exil, Ali Kanyemba, à l'AFP.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL