Smovengo répond aux critiques et promet un service total cet été — Vélib

Xavier Trudeau
Марта 12, 2018

- Le lancement de Vélib' 2 en retard à Paris. Au passage, on s'éloigne un peu plus de la promesse initiale: au printemps 2017, quand il avait remporté cet appel d'offres aux dépens de JCDecaux, Smovengo s'était engagé à livrer les 1400 stations et les 24.000 vélos dont 7200 électriques fin mars. Dimanche, dans un communiqué de presse, Smovengo, chargé désormais d'exploiter le célèbre système de vélo en libre-service parisien, a mis les points sur les "i": "La totalité du service sera déployé cet été notamment si tous les problèmes et erreurs listés (.) sont enfin résolus". Plus de 500 stations seront installées fin mars, et près d'un millier "fin mai, début juin". Et, selon la communication des différents acteurs, 700 stations devaient fonctionner dès le 1er janvier. Et, depuis, malgré de multiples engagements, le retard n'a jamais été rattrapé.

Cible d'une pluie de critiques, le consortium, qui associe la PME montpelliéraine Smoove aux entreprises Indigo, spécialiste du stationnement, Mobivia (entretien automobile) et Moventia (mobilité), précise dans un communiqué que 376 stations étaient en service au 10 mars. Smovengo cite en exemple les six semaines de perdues par le SAVM pour la validation du design des vélos et des bornes, un cahier des charges incomplets ou encore des négociations sociales pour la réembauche des personnels Cyclocity qui se sont prolongées et ont retardé la constitution des équipes techniques.

Cette attaque est surprenante car un prestataire ne s'en prend généralement pas frontalement à une collectivité locale ou à l'État avec lesquels il peut avoir d'autres affaires et contrats à négocier. Pour aider à l'installation des Vélib', la mairie de Paris a décidé d'intervenir pour aider Smovengo. Nous restons concentrés sur un seul objectif: développer pour les abonnés le nouveau Vélib' au plus vite.

Les membres du syndicat mixte Autolib' Vélib' Métropole "durcissent le ton", raconte Le Parisien dans son édition de samedi. Le but: essayer de se faire pardonner le retard de mise en service du nouveau Vélib.

D'autres rapports

Discuter de cet article