Un boulanger écope de 3 000 € pour avoir... trop travaillé — Aube

Claudine Rigal
Mars 13, 2018

Un boulanger de Lusigny-sur-Barse vient d'être sanctionné pour avoir trop travaillé l'été dernier.

Sa boulangerie est située dans une commune de 2 000 habitants, sur la route des lacs de la forêt d'Orient, dans l'Aube.

L'amende, fixée en fonction de la situation économique et du nombre de salariés, sera par ailleurs dure à contester, comme le concède Frédéric Amiot, président de la Fédération patronale de la boulangerie-pâtisserie de l'Aube: "Juridiquement, la seule option qui existe, ce serait pour lui d'ouvrir une seconde boulangerie, avec un jour de fermeture hebdomadaire différent" confie-t-il à Est éclair.

A la fin de l'année 2017, la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, du travail et de l'emploi) l'a épinglé pour avoir ouvert son commerce sept jours sur sept.

L'affaire n'avait pas rencontré d'écho national, jusqu'à la diffusion ce mardi 13 mars d'un reportage dans le journal de 13 heures de Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Deux arrêtés préfectoraux - rédigés en 1994 et en 2000 - imposent en effet un jour de repos à tout commerçant du département. Une zone touristique qui voit passer des milliers de visiteurs chaque été. Le maire, Christian Branle, a lui fait connaître son incompréhension, estimant que "sur une zone touristique, cela semble indispensable que l'on puisse avoir un commerce ouvert tous les jours pendant l'été". Jusqu'en 2016, le boulanger avait l'une de ses autorisations mais celle-ci n'a pas été renouvelée pour l'été 2017.

Une pétition de soutien à été lancée sur Avaaz.org. Le boulanger ne s'est pas encore acquitté de l'amende de 3 000 euros.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL