Cette phrase de Macron pendant la conférence des évêques choque les internautes

Alain Brian
Avril 11, 2018

Emmanuel Macron a-t-il commis une atteinte au principe de laïcité? Un discours durant lequel il a annoncé sa volonté de "réparer" le lien "abîmé" entre l'Eglise et l'Etat.

"Macron en plein délire métaphysique". Enfin, la plupart des hommes politiques chrétiens qui sont invoqués (Delors, Schuman, ...) sont naturellement de bons apôtres de cette Union européenne qui constitue le credo principal d'Emmanuel Macron et dont découle la totalité de son action politique. Le porte-parole du parti Alexis Corbière a dénoncé une "parole indigne d'un président d'une République laïque". Ce ne sont pas les luthériens ni les bouddhistes qui vont soudain vouloir s'emparer de cet appel à l'engagement politique des religieux, et l'équité entre les cultes que commande justement le principe de laïcité obligera le Président à prononcer les mêmes paroles et accorder les mêmes objectifs aux membres de toutes les religions.

Le chef de l'État est volontairement allé plus loin que tous ses précédesseurs - et aux antipodes de François Hollande -, assumant une ligne provocatrice sur ce sujet explosif pour réconcilier la France qui croit et celle qui ne croit pas.

Pour l'ex-candidat à l'élection présidentielle Benoît Hamon, le discours du président de la République est "profondément contraire aux principes fondamentaux de la laïcité dont il devrait être le premier garant".

Des critiques balayées par Gérard Collomb.

Jean-Pierre Denis, le directeur de la rédaction de l'hebdomadaire "La Vie", a affirmé mardi sur franceinfo que le discours d'Emmanuel Macron "ne remet absolument pas en cause la séparation de l'Église et de l'État". C'est un littéraire, il aime les beaux textes. "La phrase était très belle, la profondeur des sentiments absolue", a-t-il dit.

"C'est un intellectuel, presque un artiste, il y a du poète chez Emmanuel Macron lorsqu'il décrit la société", a conclu Gérard Collomb.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL