Elle refuse de serrer la main, sa naturalisation rejetée

Claudine Rigal
Avril 20, 2018

La plaignante ne bénéficiera pas de la nationalité française.

L'administration lui avait donné satisfaction mais, au moment de recevoir ses papiers français, elle avait invoqué ses convictions religieuses pour ne pas serrer la main de deux hommes représentant l'Etat, dont le secrétaire général de la Préfecture. Les services gouvernementaux ont alors estimé que ce refus "empêchait qu'elle puisse être regardée comme assimilée à la communauté française".

La jeune femmeavait alors saisi le conseil d'État pour demander l'annulation de cette décision, qu'elle considérait comme un "abus de pouvoir".

Elle n'a pas voulu serrer la main de deux officiels lors d'une cérémonie de naturalisation, ça lui a coûté la nationalité française.

La plus haute juridiction administrative avait été saisie par cette femme, mariée à un Français depuis 2010.

La ressortissante algérienne a décidé de déposer un recours contre cette décision en date d'avril 2017 -le Premier ministre de l'époque était Bernard Cazeneuve- devant le Conseil d'Etat qui a considéré que le décret n'allait pas à l'encontre de la loi en vigueur.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL