En Australie, la Grande barrière de corail ravagée

Alain Brian
Avril 20, 2018

Environ 30 % des coraux sont morts durant la vague de chaleur de 2016, selon une étude publiée dans " Nature ".

Ce célèbre récif s'étend sur environ 348 000 kilomètres carrés le long de la côte est de l'Australie. L'étude a révélé que cette augmentation de la température de l'eau suite au réchauffement climatique, a gravement touché les coraux, qui servent d'habitat à de nombreuses espèces marines.

Entre mars et novembre 2016, une vague de chaleur a provoqué la perte 30% des coraux de ce vaste ensemble.

La Grande Barrière De Corail est le plus grand récif corallien du monde, et elle peut même être considérée comme le "plus grand être vivant du monde " (en réalité, c'est plutôt une immense colonie d'êtres vivants individuels, constituée de plusieurs milliards d'organismes minuscules, les polypes coralliens). Ces coraux n'ont pas trop de mal à construire leur squelette mais " ils ne sont pas très utiles pour l'habitat ". Premier épisode de deux années consécutives de blanchissement, les coraux de la partie septentrionale de la Grande barrière ont subi une vague de " décès catastrophiques ". Sous la pression de facteurs comme le réchauffement, les coraux stressés expulsent les algues avec lesquelles ils ont une relation symbiotique, et qui leur donnent couleur et énergie. "C'est ceux-là qui vont réalimenter et ré-habiter des récifs altérés", dit Terry Hugues, co-auteur de l'étude, ajoutant qu'il fallait améliorer la qualité de l'eau en réduisant la pollution côtière. Les efforts pour limiter le réchauffement climatique qui sont inscrits dans l'Accord de Paris paraissent tous les jours un peu plus vitaux. "Nous avons eu quatre épisodes de blanchissement (1998, 2002, 2016 et 2017) sur la Grande barrière avec une hausse globale des températures de 1°C", souligne le chercheur.

Cet enjeu n'est pas seulement important pour les espèces, il l'est aussi pour l'homme: la Grande Barrière est un facteur de tourisme, d'alimentation et aussi de protection des côtes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL