Il survit à un arrêt cardiaque...de 18 heures — Béziers

Evrard Martin
Avril 5, 2018

Pendant dix-huit heures pas un seul battement de cœur.

C'est une histoire incroyable que relate Midi Libre ce jeudi matin. "Mais les médecins estiment que l'hypothermie peut jouer en sa faveur".

Le 12 mars dernier, alors qu'il regagne son domicile après une visite chez son frère, le quinquagénaire est victime d'un arrêt cardiaque. Ses proches décident alors de retracer son itinéraire et le retrouvent inanimé au bord de l'Orb. Aucun signe de violence n'est visible et l'individu n'est semble-t-il pas tombé dans le fleuve. La famille pense tout de suite à un arrêt cardiaque. La victime est immédiatement transportée jusqu'à l'hôpital de Beziers, où les secours pratiqueront un massage cardiaque pendant quatre heure trente. En effet, la température de son corps était tombée à 22°C, ce qui constitue une hypothermie majeure.

A ce moment-là, les chances de survie de l'homme sont nulles.

Après une prise en charge au centre hospitalier de Béziers, le patient a été héliporté au CHU Lapeyronnie, où il a été pris en charge par le département anesthésie et réanimation (DAR). Son cœur va alors se remettre à battre tout seul, l'assistance est maintenue pendant deux jours. "Il fallait donc d'abord réchauffer la victime avant de conclure à l'échec des massages", indique le docteur Jonathan Charbit, chef du service réanimation au centre hospitalier de Montpellier. Les médecins ont jugé, à juste titre, que c'était peut-être l'hypothermie qui empêchait le cœur de repartir. Une hypothermie critique mais les médecins poursuivent le massage cardiaque jusqu'à leur arrivée au CHU de Montpellier en se disant que cette température extrêmement basse pourrait avoir conservé les différents organes vitaux de l'homme. Son état d'hypothermie va lui permettre de pas avoir de séquelles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL