L'année commence bien pour l'industrie aéronautique tricolore

Xavier Trudeau
Avril 13, 2018

2017 a été une année faste pour l'industrie aéronautique, et 2018 a démarré sous les mêmes bons auspices.

Surtout, l'essentiel de ces ventes (44 milliards d'euros) a été réalisé à l'exportation, qui se porte bien avec une progression de 6% en un an. Soit une part en hausse de 6% par rapport à l'année précédente. 2017 "a été une année avec un record en termes de chiffre d'affaires", a déclaré M. Trappier en présentant le bilan de la filière.

"Petit à petit le marché (de l'aviation d'affaires) est en train de repartir de manière modérée mais réelle", souligne le PDG de Dassault Aviation, constructeur des jets d'affaires Falcon.

"Pour les hélicoptères, le marché 'oil and gas' est toujours assez faible, ce qui a contribué à une baisse des prises de commandes l'année passée", a-t-il ajouté.

Enfin, dans le domaine militaire, la montée en cadence du production du Rafale se poursuit et de ce fait, "nous avons une croissance de l'activité dans le domaine militaire et en particulier sur l'export", précise Éric Trappier. Les grands programmes des donneurs d'ordre de l'aviation commerciale et de la défense - Airbus, Dassault, Safran, Thales... - tirent le secteur vers le haut, premier contributeur de la balance commerciale française avec un solde excédentaire de 17 milliards d'euros.

Résultats des courses: la filière a procédé à 12 000 recrutements en 2017, sur un effectif global de 190 000 personnes, correspondant à 2000 créations nettes d'emplois.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL