Macky Sall n'assistera pas au vote de la loi sur le parrainage

Claudine Rigal
Avril 20, 2018

Le projet de loi sur le parrainage, soumis au vote des députés, obligera tout candidat à la présidentielle, aux législatives et aux municipales à recueillir 1% des électeurs inscrits sur le fichier électoral au moins dans sept régions, soit 65.000 d'électeurs. Surtout que le nouveau khalife annonce son soutien au Président Sall. Macky Sall dit a ses troupes que "la guerre que vous menez entre vous est nulle et à la limite inutile et dangereuse pour notre parti et le pouvoir que nous exerçons". "Là aussi, ils n'ont pas voulu", se désole-t-il.

Certains redoutent le pire lors de cette journée qui renvoie au 23 juin 2011, alors que Me Abdoulaye Wade, alors Président de la République, voulait modifier la Constitution, via un loi soumise à l'appréciation de l'Assemblée nationale.

Malgré les pressions et autres menaces, le chef de l'État semble déterminé à instaurer le parrainage.

Macky Sall séjourne à Paris jusqu'à samedi prochain. Ironie du sort, c'est ce même Macky Sall, aujourd'hui Président de ce pays d'Afrique de l'Ouest qui singe son prédécesseur.

La visite du président Sall se poursuit toujours à Paris. Et Macky Sall d'avertir dans la foulée, " on est prêt en tant qu'Exécutif après des discussions depuis juillet.

L'élu Barthélémy Dias, proche du maire d'opposition de Dakar Khalifa Sall, condamné le 30 mars à cinq ans de réclusion pour "escroquerie", a écopé mardi d'une peine de six mois de prison ferme pour "outrage à magistrat" après avoir critiqué cette décision, a rappelé l'ONG.

Aussitôt passées les manifestations rudes affrontées à Paris, le président Macky Sall s'est dirigé dans sa résidence située à la rue Vineuse du 16ème arrondissement de Paris. Toutefois, Le Mouvement Sénégal d'Abord avec Wade demande aux forces de l'ordre de rester à côté du peuple et estime que " Tout ordre donné aux forces de l'ordre visant à empêcher le libre accès des citoyens à l'assemblée nationale en ce jour est une violation manifeste de l'article 66 de la constitution sénégalaise. Il se félicite de cette nouvelle loi qui a pour vocation de prévenir des blocages des élections au Sénégal.

L'examen du projet de loi portant sur le parrainage des candidatures aux élections sénégalaises se tient, jeudi, au parlement Sénégalais à Dakar.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL