Macron sur BFMTV: " Nous avons réussi l'opération en Syrie "

Claudine Rigal
Avril 16, 2018

Merci à la France et au Royaume-Uni pour leur sagesse et leur pouvoir militaire.

Selon une source diplomatique française, l'Hexagone compte avec son projet pousser pour la création d'un mécanisme d'enquête sur le recours aux armes chimiques, favoriser un accès humanitaire sans limite et obtenir une nouvelle dynamique du processus de paix engagé à Genève. Lors d'une session d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU samedi, Nikki Haley, ambassadeur américain auprès des Nations Unies, a déclaré: " Si le régime syrien utilise à nouveau ce gaz toxique, les Etats-Unis sont verrouillés et chargés ". Il s'est réjoui que l'unité entre Moscou et Ankara ait été brisée après les frappes. "Nous avons réussi l'opération sur le plan militaire", a déclaré Emmanuel Macron au cours d'un entretien sur la chaîne de télévision BFM, la radio RMC et le site internet Mediapart.

C'est la première fois qu'un texte regroupant les aspects chimique, humanitaire et politique du conflit vieux de plus de sept ans est proposé au Conseil de sécurité.

Il y a dès lors fort à craindre que la dictature syrienne, loin de renoncer à poursuivre l'assaut contre d'autres poches rebelles, voit dans ces frappes un paradoxal blanc-seing à des offensives excluant la seule arme chimique.

Ces négociations, au point mort, doivent porter sur la gouvernance, la question constitutionnelle, les élections, le contre-terrorisme et des mesures de confiance.

Cette opération a été menée en réponse à l'attaque chimique présumée, qui a récemment touché Douma, ville de la Ghouta orientale. Ils appellent à une enquête internationale pour déterminer les responsables de cette "attaque criminelle".

La mission d'enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), basée à La Haye, est arrivée à Damas samedi, en pleine poussée de tension entre les Occidentaux et le régime syrien allié à la Russie.

Le régime et l'allié russe ont toujours nié toute responsabilité, dénonçant des "fabrications" rebelles. Il a estimé que les frappes aériennes étaient une "réaction appropriée".

Les frappes occidentales ont d'ailleurs soigneusement évité les installations militaires russes en Syrie et les défenses antiaériennes russes n'ont pas été utilisées pour intercepter les missiles occidentaux.

Trop peu trop tard, pour les évacués de Douma, rencontrés par l'AFP à 400 kilomètres de chez eux, dans un camp de déplacés.

"La finalité est de construire ce qu'on appelle une solution politique inclusive", a-t-il dit, mettant en exergue l'activisme diplomatique français pour "parler avec tout le monde", notamment les soutiens de Bachar el-Assad et les acteurs régionaux comme la Turquie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL