Macron sur BFMTV: "Nous avons réussi l'opération en Syrie"

Claudine Rigal
Avril 16, 2018

"Nous laisserons l'équipe faire son travail de manière professionnelle, objective, impartiale et loin de toute pression". Les résultats de l'enquête infirmeront les allégations mensongères "contre Damas, a assuré le vice-ministre syrien".

Dans le domaine chimique, le texte, obtenu par l'AFP, "condamne dans les termes les plus forts tout recours aux armes chimiques en Syrie, en particulier l'attaque du 7 avril à Douma".

Bien que M. Trump ait fait état d'une opération réussie, le Pentagone a indiqué que la destruction de trois installations reliées aux armes chimiques en avait laissé suffisamment d'autres intactes pour permettre au gouvernement du président syrien Bachar al-Assad d'éventuellement utiliser des armes interdites contre des civils. Les insurgés de Jaich al-Islam avaient accepté dimanche d'évacuer la ville, au lendemain de l'attaque chimique présumée, imputée par les Occidentaux au régime syrien. C'est en réponse à cela que la Russie a demandé au Conseil de sécurité d'adopter une résolution visant à condamner l'opération militaire.

Le président Emmanuel Macron et le chef d'État-major des Armées François Lecointre, le 19 janvier 2018.

"Bien sûr qu'ils sont complices, ils n'ont pas eux utilisé le chlore mais ils ont construit méthodiquement l'incapacité de la communauté internationale par la voie diplomatique à empêcher l'utilisation d'arme chimique", a-t-il souligné. Quant aux deux principaux alliés de Damas, la Russie et l'Iran, il souhaite les inclure dans les négociations.

Vladimir Poutine avait déjà dénoncé samedi "avec la plus grande fermeté" ces frappes qu'il a qualifiées d'"acte d'agression à l'encontre d'un État souverain qui se trouve à l'avant-garde de la lutte contre le terrorisme".

Après cet épisode aussi spectaculaire que bref, France, Etats-Unis et Royaume-Uni entendent désormais relancer la diplomatie.

"Il faut espérer maintenant que la Russie comprenne qu'après la riposte militaire (.), nous devons joindre nos efforts pour promouvoir un processus politique en Syrie qui permette une sortie de crise", a-t-il déclaré dans un entretien au journal français, le Journal du dimanche. "La France discute et elle convainc", a affirmé Emmanuel Macron. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé les membres du Conseil de sécurité à se mettre d'accord sur l'ouverture d'une enquête qui établirait l'identité des auteurs d'attaques chimiques en Syrie. "Nous avons frappé avec succès chaque cible", a-t-elle ajouté.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL