Manifestation à Paris: des heurts entre forces de l'ordre et manifestants

Solenn Plantier
Avril 19, 2018

Ils étaient 119.500 selon le ministère de l'Intérieur.

La manifestation est partie en début d'après-midi de Montparnasse en direction de la place d'Italie, derrière une banderole affirmant: "Public + privé + étudiants, ensemble, stoppons les régressions sociales".

A Marseille, selon le comptage du cabinet Occurrence réalisé pour un collectif de médias, dont l'AFP, 5.700 personnes ont manifesté.

Pour la Préfecture de police de Paris, ils étaient 11.500, tandis qu'une source CGT avance le chiffre de 50.000.

La chaîne de télévision BFMTV a indiqué que des policiers avaient "essuyé des jets de projectiles" sur le boulevard Saint-Jacques, situé au sud de la capitale, et ont répliqué "avec des gaz lacrymogènes".

Les affrontements ont occasionné d'importants dégâts dans la zone: les vitrines de l'hôtel Marriot ont été vandalisées, ainsi que plusieurs autres commerces et du matériel urbain. Outre les manifestations, les grèves devraient causer des perturbations. La convergence des luttes, "ça braque les projecteurs sur des sujets communs, par exemple la question de l'endettement des hôpitaux, du manque de financement de la santé, ça répond complètement au même sujet que le système ferroviaire", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

La mobilisation a affecté le secteur de l'énergie, certaines crèches et écoles, les transports publics à Nice et en Ile-de-France, ainsi que l'audiovisuel public.

Selon Jean-Luc Mélenchon, c'est "la radicalité du comportement du président" qui a "poussé au rapprochement de tout le monde".

Une trentaine de cheminots ont bloqué le trafic en gare de Lille dans la matinée et des passagers sont descendus le long des voies pour rejoindre les quais.

Bilan en demi-teinte pour la CGT et Solidaires. Pour Laurent Berger (CFDT), ce mode d'action "ne fonctionne pas".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL