Nobel de littérature : l'académie suédoise survivra-t-elle ?

Pierre Vaugeois
Avril 13, 2018

La crise historique qui secoue l'Académie suédoise, fondée en 1786 pour promouvoir la grandeur culturelle du royaume par Gustave III, et chargée d'attribuer le prix Nobel de littérature depuis 1901, a atteint un nouveau paroxysme, jeudi 12 avril, dans la soirée. L'une des missions de l'Académie suédoise - la plus mondialement célèbre - est de décerner chaque année le prix Nobel de littérature, selon les vœux indiqués par Alfred Nobel dans son testament: récompenser "l'auteur de l'œuvre littéraire la plus remarquable d'inspiration idéaliste".

En novembre 2017, le quotidien Dagens Nyheter avait publié les témoignages de 18 femmes affirmant avoir subi des violences ou des faits de harcèlement sexuel d'un homme d'origine française marié à une académicienne, la poétesse et dramaturge Katarina Frostenson.

Mais des reproches ont continué de viser l'institution, accusée d'avoir sciemment couvert ces méfaits. "Après la démission de trois de ses membres la semaine dernière, c'est la secrétaire perpétuelle qui a été remerciée jeudi, victime de divisions internes". "Dès lors que des membres éminents de l'académie placent l'amitié avant la responsabilité et l'intégrité, je ne peux plus participer à ses travaux", regrettait alors Kjell Espmark, l'un des académiciens démissionnaires. Elle a, par ailleurs, ouvert une enquête interne et s'est attachée les services d'un cabinet d'avocats. Réunion à l'issue de laquelle les académiciens ne sont pas mis d'accord sur un communiqué commun. "C'est la décision de l'Académie que de me voir quitter mon poste de secrétaire perpétuelle".

Anders Olsson, écrivain et professeur de littérature de 69 ans, est "de manière provisoire" secrétaire perpétuel, a-t-il annoncé vendredi à la radio SR, au lendemain de la démission de Sara Danius. Le directeur général de la Fondation Nobel, Lars Heikensten, s'est publiquement inquiété d'une "situation grave et difficile".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL