Poutine dénonce "avec la plus grande fermeté" — Frappes en Syrie

Claudine Rigal
Avril 16, 2018

Quelques heures après les frappes menées par les Etats-Unis et leurs alliés contre des installations du régime en Syrie, Vladimir Poutine a dénoncé les attaques avec "la plus grande fermeté". Sans l'aval du Conseil de sécurité de l'Onu, en violation de la Charte de l'Onu, des normes et des principes du droit international, un acte d'agression a été commis à l'encontre d'un État souverain qui se tient à l'avant-garde de la lutte antiterroriste.

" L'escalade actuelle de la situation autour de la Syrie a un impact dévastateur sur l'ensemble du système des relations internationales, a conclu M. Poutine, en annonçant que la Russie allait demander la convocation urgente du Conseil de sécurité de l'ONU " pour discuter des actions agressives des Etats-Unis et de leurs alliés ".

Samedi, les forces américaines, françaises et britanniques ont ciblé trois sites en Syrie, qui, selon le président américain Donald Trump, sont associés aux capacités d'armes chimiques de Bachar al-Assad, le président syrien. Après avoir visité le lieu de l'incident fictif, les experts militaires russes n'ont pas découvert de trace d'utilisation de chlore ou de toute autre substance toxique. Pas un seul habitant n'a confirmé le fait de l'attaque chimique. "Mais un groupe de pays occidentaux a méprisé cyniquement cela, en entreprenant une action militaire, sans attendre le résultat de l'enquête", a fustigé le chef du Kremlin.

"Par leurs actions, les Etats-Unis aggravent encore la catastrophe humanitaire en Syrie, apportent des souffrances à la population civile, favorisent les terroristes, qui tourmentent depuis sept ans le peuple syrien, et provoquent une nouvelle vague de réfugiés", a encore déclaré le Kremlin.

Selon le ministère de la Défense de la fédération de RUSSIE, le tir de missile des objets militaires et civils de l'infrastructure de la Syrie par les avions et les navires des états-UNIS, le royaume-Uni et de la France, a subi samedi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL