Première greffe de pénis et de scrotum réalisée à Baltimore

Evrard Martin
Avril 24, 2018

Par le passé, des médecins ont réussi à pratiquer des greffes de pénis, mais cette transplantation d'un pénis et d'un scrotum représente une avancée médicale. Des médecins américains ont annoncé lundi avoir pratiqué une greffe de pénis et de scrotum, une première mondiale. "Quand je me suis réveillé (après l'opération), je me suis enfin senti plus normal", a-t-il ajouté.

Selon les chirurgiens (neufs spécialisés en esthétique et deux en urologie) de l'université John Hopkins (à Baltimore dans le Maryland), la lourde intervention s'est bien passée. Ils ont dû transplanter la peau, les muscles, les tendons, les nerfs, les os, les vaisseaux sanguins et une partie de la paroi abdominale. "Nous sommes optimistes sur le fait qu'il retrouvera des fonctions sexuelles et urinaires presque normales suite à une convalescence totale", a déclaré à la presse W.P. Andrew Lee, professeur et directeur du département de chirurgie plastique et reconstructrice à l'école de médecine de l'université.

Le bénéficiaire a requis l'anonymat mais dans un bref communiqué, il a indiqué qu'il devait quitter l'hôpital la semaine prochaine. "C'est vraiment une blessure stupéfiante, pas facile à accepter", a-t-il dit.

L'homme, un ancien militaire dont l'identité n'a pas été rendue publique, a perdu son pénis et ses testicules en sautant sure un engin explosif improvisé lors d'une opération en Afghanistan. L'homme avait été grièvement blessé, il y a plusieurs années, dans une explosion en Afghanistan. En revanche, ils ne lui ont pas greffé de testicules pour des questions d'éthiques évidentes. Les scientifiques ont finalement décidé de ne pas inclure dans la greffe les testicules, pourtant en état de marche, pour ne pas donner au receveur des capacités reproductrices d'un code génétique appartenant au donneur mort. Quatre greffes de pénis (deux en Afrique du Sud et une aux Etats-Unis) avaient déjà été réalisées avec succès dans l'histoire de la médecine (une greffe en Chine s'était mal terminée), mais c'est bien une innovation pour le duo pénis/scrotum.

Les médecins disent avoir bon espoir que le patient puisse uriner avec son pénis dans les semaines à venir, et qu'il finisse par avoir assez de sensations pour parvenir à une érection.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL