Steak végétal : une appellation qui pose question

Xavier Trudeau
Avril 20, 2018

On ne plaisante pas avec la viande.

Dans le cadre de l'examen en commission des Affaires économiques du projet de loi agriculture et alimentation, un amendement du rapporteur Jean-Baptiste Moreau (LREM), éleveur bovin de profession et président de coopérative agricole, a été adopté afin "d'interdire certaines pratiques commerciales trompeuses pour le consommateur".

Dans les rayons "steaks" et autres "escalopes" de soja connaissent un succès grandissant.

I - Les dénominations associées aux produits d'origine animale ne peuvent pas être utilisées pour commercialiser des produits alimentaires contenant une part significative de matières d'origine végétale. L'amende pourrait aller jusqu'à 300 000 euros en cas de non-respect de la décision d'un juge ordonnant la cessation de la pratique commerciale trompeuse. Les produits répondant aux termes "steak", "goût bacon" ou encore "substitut de saucisse" tout comme l'ensemble du lait, de la crème ou du fromage d'origine végétale, sont concernés.

Le projet de loi sera examiné fin mai à l'Assemblée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL