10 enfants retrouvés "dans des conditions de vie horribles" — États-Unis

Claudine Rigal
Mai 16, 2018

Une nouvelle maison de l'horreur en Californie. Quelques semaines seulement après l'affaire David et Louise Turpin, dix enfants âgés de 4 mois à 12 ans vivant dans des conditions d'hygiène déplorables ont à nouveau été retrouvés dans une maison située à Fairfield, près de San Francisco.

C'est la mère, Ina Rogers, qui prend contact avec les autorités à la fin du mois de mars pour signaler la disparition de son fils de 12 ans, qui n'était pas rentré à la maison. "J'ai retourné toute ma maison, tout sorti du placard, soulevé les lits". Après l'avoir retrouvé sain et sauf, la police le ramène chez lui.

Dans un communiqué, on apprend que, lorsque les policiers sont arrivés sur place, ils se sont inquiétés pour les enfants âgés de 4 mois à 11 ans.

C'était "un environnement dangereux et sale, où se trouvaient des poubelles empilées, de la nourriture périmée au sol, des excréments humains et d'animaux, des débris partout", a décrit le lieutenant de police Greg Hurlbut.

Les suspicions de mauvais traitements sont apparues au fur-et-à-mesure des auditions des enfants par la police. Les enfants souffrent de blessures, de piqûres, de brûlures, de contusions et de blessures provenant probablement d'une arme à plombs.

L'enquête a révélé qu'il y avait un long historique d'abus physique et psychologique envers les enfants.

La procureure adjointe du comté de Solano, Sharon Henry, a de son côté affirmé que cette torture avait été menée "à des fins sadiques". Libérée sous caution, elle a affirmé aux journalistes que tout n'était qu'un "malentendu". Jonathan Allen, le père âgé de 29 ans, fait face à neuf chefs d'accusation pour torture et six chefs de violences sur des enfants. Elle a en outre expliqué que ses enfants sont tous scolarisés à domicile.

Les enfants ont été confiés à la sœur et à la mère d'Ina Rogers. "Il a beaucoup de tatouages, il fait un peu peur donc c'est facile de penser que c'est un monstre, mais il n'en est pas un". Il ressemble à un individu effrayant, et c'est pourquoi les gens sont si prompts à le juger. "Je suis une mère incroyable", s'est-elle défendue.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL