A suivre aujourd'hui — Saint Gobain

Xavier Trudeau
Mai 11, 2018

Néanmoins, il va en devenir le premier actionnaire avec 10,75% du capital - une prise de participation, pour une durée minimale de deux ans, qui lui aurait coûter 1,14 milliard de francs suisses (954 millions d'euros environ), alors qu'elle valait aujourd'hui 1,9 milliard de francs suisses (1,59 milliards d'euros). Le schéma est assez complexe: Saint-Gobain a ainsi racheté la holding Schenker-Winkler pour 3,22 milliards de francs suisses (2,7 milliards d'euros), soit 500 millions de plus que lors de l'accord initialement passé en octobre 2014, de sorte à tenir compte de l'appréciation de Sika en Bourse.

"En matière de droits de vote, Sika organisera le 11 juin une assemblée générale extraordinaire notamment destinée à fusionner ses deux actions cotées à la Bourse suisse et annuler la clause de sortie (" opting out ").

SWH, qui sera alors détenu par Saint-Gobain, s'est engagée à voter en faveur de toutes les résolutions.

"Dans le cas où une cession d'actions serait envisagée par Saint-Gobain, cette dernière devrait les proposer à Sika en priorité, dans la limite de 10,75% du capital de Sika", ont par ailleurs indiqué les deux groupes dans un communiqué.

"C'est une issue très positive, tant d'un point de vue financier que stratégique".

Le président de Sika, Paul Hälg, et le directeur général Paul Schuler ont estimé que "cette solution permet d'amorcer un nouveau chapitre de (leur) réussite" et que "l'introduction d'une structure de gouvernance moderne fournira à Sika une base solide pour accélérer sa croissance".

Le fabricant de matériaux de construction Saint-Gobain a annoncé vendredi un accord avec la famille Burkard et Sika l'amenant à renoncer de facto au contrôle de l'entreprise suisse et résolvant un conflit vieux de près de quatre années.

Marché: Les actions terminent en demi-teinte une semaine faste
Saint-Gobain renonce à contrôler le suisse Sika, mais en devient le 1er actionnaire

Urs Burkard, Jürgen Tinggren et Willi Leimer ont démissionné du conseil d'administration de Sika.

Les deux groupes assurent que désormais leurs relations seront " tant actionnariales que commerciales ".

L'origine du litige remontre à décembre 2014.

Mais le groupe français va en céder une partie, 6,97% correspondant à 23,7% des droits de vote, à Sika pour un montant total de 2,08 milliards de francs suisses.

La direction et une partie du conseil d'administration s'étaient opposés à cette transaction et avaient bloqué l'opération.

Récemment, l'avocat de la famille Burkard s'était épanché dans la presse alémanique sur le souhait des héritiers de renégocier le contrat conclu avec le mastodonte français.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL