Des chercheurs suggèrent l'ecstasy pour soigner les soldats traumatisés — Stress post-traumatique

Evrard Martin
Mai 2, 2018

C'est ce que suggèrent des chercheurs dans une étude publiée ce mercredi dans The Lancet Psychiatry.

Des médecins ont démontré en effet que l'administration contrôlée de molécules d'ecstasy peut être une bonne réponse médicale pour soigner le stress post-traumatique qui peut toucher des militaires déployés en mission sur une zone de conflit. Seules 26 personnes y ont participé, parmi lesquels 22 anciens combattants, trois pompiers et un policier.

Un faible nombre de participants. Et les résultats n'ont pas été comparés avec un groupe qui aurait pris un placebo.

Les sujets ont suivi un protocole strictement encadré. Ces résultats étaient particulièrement concluants chez ceux qui s'étaient vu administrer des doses de 75 mg de MDMA avant les séances de psychothérapie, assez concluants chez ceux qui avaient reçu des des doses de 125 mg, et moins concluants chez ceux qui avaient ingéré des doses de 30 mg.

Ils ont ensuite été suivis de près: une nuit en observation, une semaine d'entretiens téléphoniques, et un débriefing lors de trois nouvelles séances de psychothérapie d'une heure et demie.

Un an après, 16 des 26 patients ne présentaient plus aucun symptome du syndrome post-traumatique. L'étroitesse de l'échantillon est reconnu comme une faiblesse statistique.

Un risque d'augmentation des envies suicidaires. Et cela ne va pas sans inconvénients. Certains participants ont dit avoir ressenti sous MDMA une envie plus forte de se suicider.

"Tous les groupes ont fait état d'effets négatifs apparus après le traitement ", parmi lesquels " angoisses, maux de tête, épuisement, tensions musculaires et insomnies (.) Lire la suite sur 20minutesLe CBD à fumer est-il légal et peut-il se substituer au cannabis?

L'étude pose une question éthique importante, puisqu'il est interdit à ce jour d'administrer de la MDMA, substance qui nourrit un important narcotrafic.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL