Des enregistrements embarassants dévoilés aux prud'hommes — Tex

Pierre Vaugeois
Mai 17, 2018

Hier avait lieu son audition aux prud'hommes, dans le cadre du conflit qui l'oppose au producteur de son ancienne émission, Sony Pictures Television Production, et dès les premières minutes, Tex a réussi à s'attirer des emmerdes, comme le rapporte le Parisien.

Évincé des Z'Amours de France 2 en décembre dernier pour une blague sur les femmes battues, Jean-Christophe Le Texier, plus connu sous le nom de Tex, était auditionné ce mercredi 16 mai aux Prud'Hommes de Paris. Il a utilisé le dictaphone de son smartphone pour enregistrer l'audience. Il exige des indemnités s'élevant à 1,2 millions d'euros. L'avocat de Tex a plaidé la requalification des 144 CDD cumulés par Tex en dix-sept ans en CDI. Ces paroles ont été rapportées par l'avocate de la défense. Au mois de novembre, l'animateur a provoqué un tollé en lâchant une sale vanne sur la violence faite aux femmes dans une émission diffusée en direct sur C8. "Et puis, je ne savais pas", alors que c'est écrit en gras à l'entrée de la salle.

"Concernant l'affaire en question, Maître Assous, l'avocat de Tex, a tenté de justifier la blague de son client: "il a ainsi rappelé que " cette histoire " drôle " existe depuis 70 ans, qu'elle figure sur le DVD de l'animateur et qu'elle relève de la liberté d'expression", précise le quotidien français.

L'audience devant le conseil de la deuxième chambre, qui était exclusivement composé de femmes, représentantes des salariés et des employeurs, a été pesante notamment à cause des récentes déclarations de Tex au sujet du mouvement #Balancetonporc.

Entre deux prises des Z'Amours, Tex aurait ainsi déclaré à propos de sa blague: "Je l'ai fait pour le buzz". En effet, l'avocate de Sony, Hélène de Saint-Germain assure disposer d'éléments sérieux qui pourrait lui faire remporter la bataille. De toute façon, je savais ce que je faisais.

D'autres passages sont bien plus embarrassants pour l'ex-animateur de France 2.

" Ah, je t'ai pas encore baisée? Parce que tu sais, je les prends par-devant, par-derrière, sur le côté", aurait-il lancé à une collègue. Des propos qui constituent une "faute grave caractérisée" pour la société de production et France Télévisions. Le jugement sera rendu le 27 juillet prochain.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL