Des taxis amateurs dans les campagnes délaissées par les transports ?

Xavier Trudeau
Mai 11, 2018

C'est l'une des pistes étudiées par le gouvernement pour lutter contre les " déserts en mobilité ".

Aura-t-on bientôt des taxis amateurs dans les campagnes? C'est un projet qui risque de mettre le feu aux poudres chez les chauffeurs de taxi, déjà remontés contre les chauffeurs Uber. Par ailleurs, les zones où ces taxis amateurs pourraient circuler seront délimitées avec précision: ils devraient se concentrer uniquement sur les territoires ruraux où la voiture représente le seul mode de déplacement en raison d'un réseau de transport en commun insuffisant, voire absent.

Dans le cadre de la future Loi d'orientation sur les mobilités (LOM), qui doit passer au parlement à l'automne, l'objectif est de " donner la possibilité aux collectivités territoriales [.] d'autoriser le transport de personnes effectué à titre onéreux par des conducteurs non professionnels ", indique le document présenté. Une pratique très encadrée Concrètement, des automobilistes pourront transporter des passagers contre rémunération.

Les candidats devront solliciter auprès des autorités locales une autorisation individuelle, conditionnée à la présentation d'un casier judiciaire vierge, et leur rémunération ne devra pas dépasser un plafond annuel fixé par décret, soulignent nos confrères. "Elle ne sera tout d'abord autorisée que dans des " territoires ruraux à faible densité de population " qui souffrent de " l'inexistence, l'insuffisance ou l'inadaptation de réseaux de transports publics collectifs ". On peut supposer que des régions comme la Bretagne ou l'Auvergne entreront dans le dispositif. "C'est un métier à part entière, qui demande une formation et des qualifications", note-t-il dans le Figaro. "Des garanties qui semblent totalement insuffisantes selon les professionnels du secteur".

Le président de la Fédération nationale du Taxi (FNDT), Didier Hogrel, est lui forcément beaucoup moins positif: "On ne s'improvise pas taxi". Pas question donc de venir concurrencer les VTC et les taxis en milieu urbain, comme l'avait fait la jeune pousse Heetch, avant d'être sévèrement condamné par la justice il y a un peu plus d'un an. Et c'est ce qui inquiète les professionnels alors que les taxis clandestins se multiplient dans certains secteurs. Des trajets entre zones rurales et les gares ou aéroports seront-ils autorisés? Et enfin pourquoi ne pas augmenter tout simplement le nombre de licences de taxis en France?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL