Donald Trump: vers une augmentation des taxes sur les automobiles

Claudine Rigal
Mai 26, 2018

Des sources dans l'administration indiquent que Trump aurait l'intention d'imposer des droits de douane de 20 à 25% sur les voitures soit nettement plus que les 2,5% actuellement pratiqués.

"J'ai demandé au secrétaire (au Commerce Wilbur) Ross d'envisager de lancer une enquête sous la Section 232 sur les importations de véhicules, y compris les camions et les pièces détachées, pour déterminer leur impact sur la sécurité nationale américaine", indique le président des États-Unis, cité dans ce texte.

L'initiative de Washington ouvre un nouveau front dans le combat commercial que le président Donald Trump mène au nom de l'"America First" pour ramener sur le sol américain des emplois délocalisés. Aussitôt après la publication du communiqué de la Maison-Blanche, le département américain du Commerce a confirmé que l'enquête était ouverte.

"Des éléments laissent à penser que, depuis des décennies, les importations ont affaibli notre industrie automobile". Le cadre est identique à celui ayant précédé l'imposition de droits de douane sur l'acier et l'aluminium. Il a également évoqué l'idée de soumettre les véhicules importés à des standards d'émissions de CO2 plus durs que ceux produits aux Etats-Unis. Selon lui, les voitures américaines sont frappées de taxes supérieures à celles imposées sur les automobiles européennes.

L'annonce de M. Trump est survenue quelques heures après un Tweet promettant "de grandes nouvelles pour nos fabuleux constructeurs automobiles", victimes selon lui de "décennies de pertes de (leurs) emplois au profit d'autres pays".

Dans son communiqué, le président américain souligne que "les industries de base que sont l'automobile et les pièces détachées sont cruciales pour la force de notre nation". "Durant les vingt dernières années, les importations de véhicules particuliers sont passées de 32% à 48% du total des véhicules vendus aux Etats-Unis". En effet, la taxe s'élèverait à 10% contre 2,5% des voitures en provenance de l'Union européenne. Dans le même temps, les États-Unis ont exporté près de 2 millions de véhicules dans le monde.

Edition numérique des abonnés
Les Etats-Unis réfléchissent à des droits de douane sur les voitures

Les Etats-Unis sont, derrière la Chine, le deuxième marché d'exportation des constructeurs allemands.

Cela fait des semaines que le président américain, qui discute en parallèle avec le Canada et le Mexique pour refondre le traité de libre-échange en Amérique du Nord (Alena), dont le secteur automobile est une composante essentielle, envisage de taxer les véhicules importés.

Les titres General Motors et Ford ont à l'inverse gagné du terrain dans les échanges électroniques après la clôture à Wall Street alors que le titre coté à New York de Fiat Chrysler Automobile (FCA) a perdu 2%.

Depuis 10 ans, Toyota, Nissan, Volkswagen, BMW ou Volvo ont ouvert de nouvelles usines ou investi dans leurs installations existantes pour produire plus de véhicules. Au mois de mars, Trump avait déjà mis en garde l'Europe en expliquant que " si l'UE veut augmenter encore les énormes taxes et barrières douanières imposés aux compagnies US qui y font du business, alors nous appliquerons une Taxe sur leurs Automobiles qui inondent librement les Etats-Unis ".

Sa démarche est donc d'abord faite dans l'optique de plaire à son électorat, nuance Philippe Corbé, correspondant de RTL aux États-Unis.

"La Chine s'oppose aux clauses sur la sécurité nationale, qui vont nuire fortement au commerce multilatéral et perturber l'ordre commercial international normal", a dit Gao Feng, porte-parole du ministère chinois du Commerce, jeudi lors d'un point de presse à Pékin.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL