Guingamp-OM : l'analyse de Garcia

Solenn Plantier
Mai 15, 2018

On a pris deux contres entre la 40e et la 45e minute alors qu'on mène 2-0 à l'extérieur. Donc nos attaquants ont été très bons, les 4 de devant, mais sur ces 5 dernières minutes, ils ont fortement oublié de nous aider.

Une équipe moderne doit savoir changer de système, même en cours de match, et quelle que soit la configuration, l'OM de Garcia "a gardé ses fondamentaux: la possession, la récupération haute, le jeu offensif", résume Fichaux. Et comme on a aussi oublié d'entrer dans la seconde période, il est arrivé ce qui est arrivé. Moi qui ai passé 4 ans en Italie, je ne savais pas que la double peine existait encore, mais, bon, il faut que je me remette à la page comme on dit. "Mais si on n'a pas gagné, c'est d'abord de notre faute, évidemment". "Du coup, on a pris de la fatigue pour mercredi", a ainsi lancé l'ancien de l'AS Roma, qui n'a pas digéré l'expulsion de son portier sur ce penalty sur Jimmy Briand. Nous, heureusement, on a des joueurs qui ont connu des grands moments: Steve (Mandanda) et Dimitri (Payet) avec l'équipe de France, Adil (Rami) et Rolando, qui ont gagné la Ligue Europa, et Luiz Gustavo qui a remporté la Ligue des Champions. On verra les résultats des autres demain.

Pensez-vous qu'il serait maintenant miraculeux d'accrocher le podium?

Rudi Garcia, dont le Vélodrome voulait la démission début septembre, a su inverser la vapeur avec des choix forts. En tout cas, on a failli gagner à neuf. "Le carton rouge, c'est la double peine", a-t-il souligné sur l'antenne de RMC. Il faudrait surtout qu'il y ait une harmonisation des décisions. "Et on entend bien jouer notre chance à fond pour ramener le trophée", a déclaré le coach de l'OM sur le plateau de Téléfoot.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL