La Belgique pleure les victimes de l'attaque revendiquée par l'EI — Liège

Claudine Rigal
Mai 31, 2018

Lire aussi: Liège, qui sont les trois victimes de l'assaillant? Selon les autorités, elle était sur place avec pour mission "d'assurer la fluidité du trafic et la sécurisation des abords des écoles". Le tribunal d'application des peines a révoqué le régime de détention restreinte le 14 mars et le 16 mars, Benjamin Herman a été transféré à la prison de Namur. Il prend en filature deux policières et les frappe de multiples coups de couteau avant de s'emparer de leurs armes et de les abattre froidement, au sol.

Outre les deux policiers, un homme de 22 ans, passager d'une voiture en stationnement dans le quartier, a aussi été tué.

Sur ce dernier point, la porte-parole du parquet fédéral s'est montrée moins affirmative.

Mais, a précisé mercredi le parquet fédéral, "ces informations datent de 2016 et début 2017" et "n'ont pas été confirmées depuis".

Personne n'a en revanche été blessé lors de la prise d'otage d'une employée dans le complexe scolaire Athénée Léonie de Waha, mais des élèves ont dû être évacués vers d'autres écoles. Les deux hommes se seraient connus lors d'un séjour en prison. Nicolas était dans sa camionnette, il a vu le tireur à quelques mètres de lui, il s'est caché, puis mis à l'abri.

Car jusqu'alors, l'homme avait le profil d'un délinquant violent et multirécidiviste.

"Il avait déjà eu 13 congés pénitentiaires de cette sorte qui s'étaient bien passés", a expliqué le ministre à la radio La Première (RTBF) mercredi. Les services pénitentiaires avaient considéré qu'"il ne représent (ait) pas un danger terroriste".

Mais plusieurs sources décrivent un homme instable.

"Les faits sont qualifiés d'assassinat terroriste et de tentative d'assassinat terroriste", a déclaré devant la presse une porte-parole du parquet, Wenke Roggen. Mais selon plusieurs médias belges, il s'agit de "Benjamin H.", né en 1982, qui aurait effectué "plusieurs séjours en prison".

Plus tôt, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon avait confirmé que Herman avait tué une autre personne la veille de l'attaque. La victime aurait été tuée avec un marteau. Et que l'affaire du meurtre la nuit précédente faisait l'objet d'une enquête disctinte. "L'enquête vient de débuter et elle va prendre du temps", a indiqué le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, qui a ajouté que des éléments laissent penser qu'il s'agit d'un acte terroriste. Sa cellule devait également être minutieusement fouillée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL