La Chine censure des tatouages et un couple gay — Eurovision

Pierre Vaugeois
Mai 11, 2018

La chaîne en ligne a également flouté des drapeaux arc-en-ciel présents dans le public, symboles traditionnels du mouvement LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Mais sans la prestation du chanteur albanais Eugent Bushpepa, tatoué aux bras, ni celle d'un duo irlandais, qui comprenait une danse romantique entre deux hommes.

Le compte The Voice of homosexuality, actif sur le réseau social Weibo, a publié des captures d'écran des images censurées par Mango TV. L'homosexualité est de plus en plus acceptée au sein de la population chinoise, notamment chez les jeunes urbains.

Le concours de l'Eurovision a été victime de l'actuelle campagne des autorités chinoises contre les contenus déviants.

MangoTV possède les droits exclusifs de diffusion du concours de l'Eurovision pour la Chine. Tout "contenu homosexuel" est ainsi interdit de diffusion sur les sites internet de streaming. En mars dernier, la presse chinois avait rapporté que des footballeurs de l'équipe nationale de Chine ont dû porter des bandages, cachant leurs tatouages, durant des matchs internationaux.

Cette censure est d'autant plus surprenante, qu'au fil des années, l'Eurovision est devenue une tribune politique pour les droits de la communauté LGBTQ.

En 2014, le sacre de la drag queen à barbe Conchita Wurst, représentante de l'Autriche, avait été un moment marquant de l'histoire de l'Eurovision, où l'on voit régulièrement des drapeaux arc-en-ciel flotter aux côtés de ceux des pays en lice.

L'Union européenne de radio-télévision (UER) a annoncé jeudi la rupture du contrat qui la liait à MangoTV, empêchant le site chinois de diffuser la deuxième demi-finale et la finale qui aura lieu samedi à Lisbonne. Il a déclaré que la décision de rompre tout lien avec MangoTV était "vraiment importante" car "depuis le début nous parlons juste d'amour".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL