LafargeHolcim va refondre ses sièges de Paris et Zurich — Marché

Xavier Trudeau
Mai 27, 2018

A Paris, les postes restants seront déplacés à Clamart, en banlieue parisienne. Les effectifs centraux du mastodonte des matériaux de construction seront amputés de 107 postes dans la cité de Zwingli et de 97 dans la capitale française.

"Cette douloureuse mais nécessaire étape de simplification est primordiale pour créer un LafargeHolcim plus léger, plus rapide et plus compétitif", a déclaré Jan Jenisch, le directeur général de LafargeHolcim, cité dans le communiqué.

D'emblée, de nombreux analystes s'étaient attendus à ce que M. Jenisch réplique la formule qui a contribué au succès de Sika, basée sur une grande autonomie accordée aux directeurs régionaux et locaux afin de pouvoir prendre les décisions les plus adaptées aux besoins de chaque marché. A Clamart, au sud-ouest de Paris, se trouvera le siège de l'unité Lafarge France.

Les déménagements doivent être bouclés d'ici la fin de l'année. Le groupe a dit "s'efforcer de limiter les impacts sur les salariés", sans donner davantage de détails. Mais selon lui, cette mesure n'est pas liée directement à Zurich, sachant qu'elle s'inscrit dans la stratégie mondiale de l'entreprise.

La simplification de la structure et de ses fonctions centrales, telles les fonctions financières, juridiques ou les équipes de direction par grandes zones géographiques, fait partie des éléments que le groupe juge déterminants pour ses projets stratégiques jusqu'en 2022.

Lafargeholcim est près de remanier en profondeur ses sièges sociaux de Paris et de Zurich, ce qui pourrait se traduire par des centaines de pertes d'emploi, ont dit jeudi à Reuters deux sources au fait du dossier.

Cette simplification des fonctions centrales du cimentier doit aussi lui permettre d'atteindre son objectif de réduction des frais généraux de 400 millions de francs d'ici le premier trimestre 2019, a-t-il relevé.

Pressenties depuis plusieurs jours, les mesures annoncées vendredi ont laissé les investisseurs de marbre.

Initialement présenté comme une fusion entre égaux, le rapprochement entre le st-gallois Holcim et le français Lafarge a, dès sa conception en 2015, tourné à l'avantage du premier, en terme d'apports comme de représentation au sein des instances dirigeantes de l'entité unifiée.

L'ancienne direction de Lafarge se trouve depuis le début de l'an dernier au coeur d'une enquête pour financement du terrorisme en Syrie. Sept cadres et dirigeants du cimentier français et de sa branche syrienne ont déjà été mis en examen, soupçonnés d'avoir payé des groupes armés pour continuer à faire tourner leur cimenterie malgré la guerre.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL