Le paquet neutre n'a aucun impact sur les jeunes fumeurs — Cigarettes

Evrard Martin
Mai 31, 2018

A seulement 17 ans, 65% des garçons et 52% des jeunes filles avouent avoir déjà fumé une cigarette. Et bonne nouvelle, on fume de moins en moins.

"La divergence parfois marquée des perceptions entre fumeurs et non-fumeurs laisse entendre que cette mesure pourrait, chez les adolescents, contribuer davantage à prévenir l'initiation au tabagisme qu'à favoriser l'abandon du tabac", a estimé l'OFDT, groupement d'intérêt public.

Moins de fumeurs, moins de taxes perçues. Le ministère de la santé souhaite passer le prix du paquet de cigarettes à 10€ d'ici 2020! Rapporté à une année, on obtient un total de 182 paquets achetés. Parmi les plus emblématiques, citons le quasi-doublement de la taille des avertissements sanitaires sur les paquets, l'apparition du paquet neutre (même couleur olivâtre pour toutes les marques depuis le 1 janvier 2017), l'interdiction des arômes, ainsi que la meilleure prise en charge du forfait de remboursement des traitements antitabac (patchs, gommes, pastilles, inhalateurs, etc.) datant du 1 novembre 2016 à hauteur de 150 euros par an pour tous les fumeurs (contre 50 euros auparavant). Environ 80% du prix est composé de taxes diverses versées à l'État, soit 6,40 euros. Mais cette perte sur douze mois est en réalité compensée dans le même temps par la hausse du prix du paquet de cigarettes.

Toutefois, d'après le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), " la fréquence du tabagisme en France reste nettement plus élevée que dans les pays voisins: l'Allemagne compte environ un quart de fumeurs, comme l'Espagne, la Belgique et les Pays-Bas; l'Italie et la Grande-Bretagne en comptent environ un cinquième ". La hausse des prix compense ainsi largement et sans délai la baisse des recettes induite par le fort recul du nombre de fumeurs.

NB: ces chiffres ne donnent qu'une estimation partielle puisqu'ils ne prennent pas en compte la consommation des moins de 18 ans et des plus de 75 ans et mettent de côté l'achat de cigarettes à l'étranger ou au marché noir, dont les recettes échappent à l'État.

Mais c'est surtout sur le long terme que la baisse de la consommation quotidienne de cigarettes est bénéfique pour les finances de l'État. En effet, le tabac coûte cher à la Sécurité sociale: 25,9 milliards d'euros par an en dépenses de soins pour les maladies liées au tabac (cancers, pathologies cardiovasculaires et respiratoires), selon une étude réalisée en 2015 par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFTD). Pour l'État, cela représente un manque à gagner de 2,3 millions d'euros en travail, consommation, impôts...

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL