Macron accorde sa première grâce présidentielle à une ancienne prostituée

Claudine Rigal
Mai 27, 2018

La plus ancienne détenue de France, une femme de 74 ans emprisonnée depuis 33 ans, va bien bénéficier de la toute première grâce présidentielle accordée par Emmanuel Macron, rapporte France Bleu Armorique dimanche 27 mai, confirmant une information du Journal du dimanche. Cette ex-prostituée originaire de Guadeloupe avait tué l'un de ses clients.

Il s'agit cependant d'une grâce "partielle": compte tenu de sa dangerosité évaluée, la perpétuité est commuée en une peine de 20 ans, applicable à partir de la signature par le Président, vendredi, du décret établi par la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) du ministère de la Justice. Mais son avocate, la contrôleure générale des lieux de privation de libertés, Adeline Hazan, et plusieurs députés avaient formulé cette demande de grâce au Président pour alléger ses conditions de détention. Elle n'est donc pas libre pour autant. Elle ne sortira pas de prison avant 2038, mais verra ses conditions de détention assouplies.

Les grâces présidentielles, décidées "pour des situations inacceptables ou humanitairement difficiles" selon l'Elysée, sont de moins en moins utilisées en France, la dernière en date étant celle de Jacqueline Sauvage par François Hollande fin 2016.

Deux ont été décidées en 2016, 5 en 2015 et aucune en 2014, contre une centaine par an au début des années 2000 et jusqu'à 500 au début des années 1990, en raison des grâces collectives supprimées ensuite par Nicolas Sarkozy en 2008.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL