Plus de CO2 dans l'air, moins de nutriments dans le riz

Evrard Martin
Mai 28, 2018

Un phénomène potentiellement catastrophique pour les millions d'Asiatiques pour qui la céréale constitue l'aliment de base au quotidien. C'est à ce résultat, qui corrobore des études antécédentes, que sont parvenus les chercheurs de l'Académie chinoise des sciences et du département américain de l'Agriculture et dont les conclusions ont été publiées le 23 mai dans la revue "Science Advances".

" L'effet pourrait être dévastateur dans les pays consommateurs de riz, où environ 70 % des calories et la plupart des nutriments viennent du riz", poursuit-il. Les pays les plus impactés, selon cette étude, sont les plus pauvres de l'Asie du Sud-Est, comme le Bangladesh, le Cambodge, le Laos et le Myanmar, ainsi que Madagascar.

L'expérience menée par les chercheurs a consisté à planter 18 variétés de riz différentes dans des champs au Japon et en Chine, avec certaines parties entourées d'un octogone de plastique de 17 mètres de large, à l'intérieur desquels la concentration en CO2 a été augmentée pour simuler celle qui est prévue au milieu du siècle, soit 568 à 590 parties par million contre 400 ppm aujourd'hui. Les résultats montrent une diminution des vitamines B1, B2, B5, et B9, mais également du zinc, du fer et des protéines contenus dans le riz.

Les pommes de terre aussi? La présence de protéines a ainsi diminué de 10,3 %.

Soumise à un fort taux de CO2, la céréale a vu sa concentration de protéines et de vitamines chuter... Avec comme risque, à l'horizon 2050, de voir 150 millions de personnes supplémentaires souffrir de carence en protéines.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL