Services de paiement : Worldline tient sa grosse acquisition

Xavier Trudeau
Mai 15, 2018

Worldline, filiale d'Atos, a annoncé mardi un accord pour acquérir la société suisse de services de paiement Six Payment Services dans le cadre d'une transaction majoritairement financée en actions qui verra Six entrer au capital de Worldline.

"Je suis très honoré que Worldline ait été sélectionné par Six, après un processus très compétitif, comme le partenaire idéal pour se joindre à leur activité principale de paiement". Le nouveau groupe, d'un chiffre d'affaires estimé à 2,3 milliards d'euros en 2019, aura une part de marché de 10% auprès des commerçants.

Et, selon une étude publié en début d'année par Goldman Sachs, le mouvement va se poursuivre, la banque d'affaires ayant identifié l'allemand Wirecard et le français Ingenico comme des cibles potentielles.

L'opération, qui prévoit aussi une contribution en numéraire de 0,28 milliard d'euros, valorise SIX Payment Services à 2,3 milliards d'euros, a ajouté Worldline dans un communiqué.

"L'accord stratégique annoncé aujourd'hui entre Worldline et Six est d'une importance capitale pour l'industrie européenne du paiement", a déclaré Thierry Breton, PDG d'Atos, cité dans un communiqué.

L'annonce de cette acquisition par Atos n'est pas une surprise.

Cette transaction devrait générer des synergies de l'ordre de 110 millions d'euros en rythme annuel d'ici 2022, et Worldline s'attend à ce qu'environ la moitié soit réalisée d'ici 2020. Dans le cadre d'un partenariat stratégique, le groupe zurichois de services financiers, qui exploite notamment la Bourse suisse, cède sa division active dans le trafic des paiements à Worldline contre une participation de 27% dans l'entreprise d'outre-Jura.

SIX Payment Services devrait réaliser un chiffre d'affaires de 530 millions d'euros en 2019, dont plus de 80% dans les services aux commerçants, ce qui contribuerait à sécuriser l'objectif 2019 de croissance de Worldline, le nouvel ensemble totalisant un chiffre d'affaires attendu à 2,3 milliards d'euros à cet horizon.

Dans la bataille pour Six, la filiale d'Atos l'a emporté sur le fonds d'investissement américain Hellman & Friedman, qui contrôle la société danoise de paiements Nets.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL