" Solo : A Star wars story "… dans le vide sidéral

Pierre Vaugeois
Mai 27, 2018

Solo: A Star Wars Story sort aujourd'hui en salles et vous pouvez d'ores et déjà voir notre critique. On y retrouve le héros, post-adolescent, qui deviendra la pire crapule de la galaxie.

Après leurs retrouvailles, Han et Qi'ra se retrouve à bord du Faucon Millenium dans le dressing de Lando.

Si les fans de la première heure s'inquiètent logiquement du chemin que suit la saga depuis le rachat de Lucasfilm par Disney qui n'hésite pas à nous offrir un film estampillé Star Wars chaque année, ce prologue n'en reste pas moins un bon moyen d'initier les plus jeunes à l'univers Star Wars, mais aussi de titiller la fibre nostalgique des autres grâce à certains éléments clés dont nous vous laissons la surprise. Le film de Ron Howard n'est jamais daté précisément.

Avec ce début, Solo A Star Wars Story pourrait ne pas dépasser le million en une semaine.

Star Wars, comme les Beatles... Ainsi, quelques mois après le début du tournage, c'est Kathleen Kennedy qui a viré les deux réalisateurs, Phil Lord et Christopher Miller - il aurait été reproché au tandem de ne pas réussir à sortir quelque chose de convenable de l'acteur Alden Ehrenreich (est-ce toutefois possible?). "Il en a fait son personnage" ", a révélé Ron Howard au site MovieWeb. Dans la presse, Ron Howard, Oscar du meilleur réalisateur en 2002, a répété: "Le niveau d'attente est sans commune mesure avec tout ce que j'ai pu faire. Solo: A Star Wars Story, c'était un peu comme The Beatles: Eight Days a Week", le documentaire sur les Beatles qu'il a fait en 2016. Par pour longtemps, le pari est pris!

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL