Vers le déremboursement des médicaments — Alzheimer

Evrard Martin
Mai 29, 2018

La ministre de la Solidarité et de la Santé a tranché.

Les médicaments contre la maladie d'Alzheimer ne seront bientôt plus remboursés. Un arrêté du ministère de la santé devrait confirmer prochainement les recommandations de la Haute Autorité de la Santé. Des clés pour améliorer le diagnostic, accompagner les aidants et faciliter la prise en charge par les différents acteurs.

En France plus de 900 000 personnes sont atteintes de la maladie d'Alzheimer, et on estime leur nombre à 1 200 000 en 2020.

A lire aussi Le conseil Bourse du jour: Theranexus profitera des difficultés des concurrents à vaincre Alzheimer!

Juste après la publication des recommandations, le président de la commission de transparence de la HAS, Christian Thuillez, a indiqué qu'avec l'amélioration du parcours de soins, il était désormais possible d'envisager un déremboursement des quatre médicaments utilisés pour traiter les symptômes d'Alzheimer. De son côté, Dominique Le Guludec, à la tête de la HAS, a appelé à " ne pas se focaliser " sur la seule question d'un éventuel déremboursement des médicaments. La commission de transparence de la HAS, qui évalue les médicaments en vue de leur remboursement, avait jugé en octobre 2016 que les quatre médicaments anti-Alzheimer (Aricept, Ebixa, Exelon, Reminyl) et leurs génériques avaient "un intérêt médical insuffisant pour justifier leur prise en charge". Si la ministre de la Santé de l'époque n'avait pas suivi cet avis, Agnès Buzyn pourrait prendre une toute autre décision.

"Les bénéfices de ces médicaments existent mais sont modestes et ne sont pas suffisants par rapport aux risques (d'effets indésirables, ndlr) encourus par les patients", a abondé le Professeur Thuillez.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL