Vers une sortie du nucléaire — Corée du Nord

Evrard Martin
Mai 1, 2018

Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs. Le point sur les annonces des deux pays.

En attendant, Nord et Sud ont décidé que M. Moon se rendrait à l'automne à Pyongyang pour ce qui sera le quatrième sommet intercoréen.

La zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux pays va être transformée en "zone de paix" tandis qu'une zone maritime pacifiée sera créée près de la frontière occidentale de la frontière maritime du Nord pour éviter tout accident intempestif. Il a été pressenti pour une nomination au Nobel de la Paix pour son action sur le continent asiatique, ayant abouti à un accord de paix entre les deux Corées. L'ancien Premier ministre chinois Wen Jiabao avait effectué une visite à Pyongyang en 2009. "Donald Trump a convaincu la Corée du Nord et la Chine qu'il allait apporter de sérieux changements dans la région ".

En 2017, Pyongyang a mené son essai nucléaire le plus puissant à ce jour et testé des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) mettant à sa portée la partie continentale du territoire des États-Unis.

En parallèle, Pékin appelle inlassablement à résoudre la crise "par le dialogue et la négociation", s'opposant à toute intervention armée.

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un et son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, se sont rencontrés à Panmunjom, le village situé dans la zone de démilitarisation entre les deux pays et où a été signé le 27 juillet 1953 l'armistice qui a mis fin aux combats de la guerre de Corée. Elle a loué "leur courage" et jugé "historique" leur poignée de main sur la ligne de démarcation divisant la péninsule.

Ce sommet de Panmunjeom pourrait marqué le début d'un traité de "paix permanente" et mettre fin à la guerre qui oppose les deux voisins.

Pendant des années, Pyongyang a soutenu qu'il ne renoncerait jamais à l'arme atomique, indispensable selon lui pour le protéger d'une invasion américaine. Aucune date ni aucun lieu n'ont encore été annoncés.

Beaucoup s'attendent à ce que les détails du processus de dénucléarisation et les concessions faites à Pyongyang en échange soient abordés pendant le sommet entre Trump et Kim. Il est vrai que la déclaration de Panmunjom reste floue sur de nombreux points, qu'elle est susceptible d'interprétations contradictoires sur d'autres et que la question-clé de la vérification demeure irrésolue.

Le Nord réclame le départ des 28.500 militaires américains stationnés au Sud et le retrait du parapluie nucléaire américain.

Mike Pompeo, qui vient de prendre ses fonctions à la tête de la diplomatie américaine, a rencontré le dirigeant nord-coréen durant le week-end de Pâques alors qu'il était directeur de la CIA, au cours d'une mission tenue un temps secrète. Seul le Japon a fait état de réserves: Tokyo souhaite maintenir la pression sur la Corée du Nord.

Mais il a également prévenu que le sommet pourrait tourner court: "Ce qui arrivera arrivera".

Mais le directeur du secrétariat de la présidence sud-coréenne Im Jong-seok a prévenu jeudi que rien n'était gagné, annonçant un sommet "particulièrement difficile".

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL