"Vot'action" SNCF: 94,97% des votants se disent contre la réforme

Xavier Trudeau
Mai 26, 2018

Concernant les investissements dans le système ferroviaire, l'Etat va augmenter sa participation de "200 millions d'euros par an", portant son effort annuel à "3,8 milliards" au total, a-t-il ajouté.

Près de 95% des cheminots ayant participé à la consultation "vot'action" organisée par les syndicats de la SNCF se sont prononcés contre la réforme ferroviaire, lors d'un scrutin qui a enregistré un taux de participation de 61,15%, a annoncé mercredi l'intersyndicale du groupe.

L'annonce était attendue. Vendredi 25 mai, Edouard Philippe a révélé que l'Etat reprendrait 35 milliards d'euros de dette de la SNCF, à raison de 25 milliards en 2020 et 10 milliards en 2022. "Pour l'instant, l'Unsa s'inscrit toujours dans le mouvement de grève, qui a débuté le 3 avril, mais décidera " très rapidement " d'un éventuel changement de position, a déclaré Roger Dillenseger, secrétaire général de l'Unsa ferroviaire".

Selon une source proche du dossier, "il y aura aussi deux ou trois annonces de Matignon sur la façon dont l'État sera partenaire dans la négociation sur la nouvelle convention collective", un point crucial pour les syndicats qui s'inquiètent de la fin du recrutement au statut des cheminots au 1er janvier 2020.

Est-ce que l'Unsa ferroviaire pourrait sortir de la grève avant le 5 juin? "Nous sommes dans de vraies négociations depuis le 11 mai", quand l'Unsa ferroviaire et la CFDT Cheminots ont commencé à négocier des amendements au texte voté à l'Assemblée avec le ministère des Transports, a-t-il encore rappelé. Et le retour des salariés au sein de la SNCF en "réintégrant le statut" de cheminot doit pouvoir se faire "à tout moment", a-t-il ajouté.

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a aussi "noté avec satisfaction que le Premier ministre considérait avec attention la +vot'action+", dont le résultat mercredi a montré le rejet massif de la réforme par les cheminots.

"On ne fait pas une réforme contre l'avis des principaux experts en la matière et de ceux qui vont devoir la mettre en oeuvre au travers de leur travail", a insisté M. Brun, relevant une "très forte participation de l'encadrement" - traditionnellement peu gréviste. Ces propos ont été rapportés par les dirigeants du syndicat Unsa après une rencontre avec le Premier ministre.

Du côté de la CGT cheminots, premier syndicat de la SNCF, le ton reste plus ferme.

Les cheminots avaient une semaine pour se prononcer pour ou contre la réforme.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL