100 000 euros le tuyau pour assassiner Codaccioni et Quilichini — Corse

Pierre Vaugeois
Juin 12, 2018

Ainsi, 20 personnes sont visées par l'enquête, dont huit qui doivent être extraites de prison pour être interrogées.

Ce coup de filet constitue une " deuxième phase " d'arrestations dans cette affaire.

Mis en cause par des écoutes téléphoniques et les déclarations d'un repenti, Jacques Mariani, héritier de la Brise de mer, devait être extrait de la prison des Baumettes pour être entendu par les enquêteurs.

Jean-Luc Codaccioni et Antoine Quilichini, deux figures du banditisme corse, ont été victimes d'un guet-apens le 5 décembre 2017 à proximité de l' aéroport de Bastia.

Plusieurs d'entre elles avaient été mises en examen.

Soupçonnée d'avoir pu renseigner le commando, une surveillante de la maison d'arrêt de Borgo fait notamment partie des personnes qui a été placée en garde à vue, a précisé une source proche de l'enquête. Ces deux vagues d'arrestations sont le fruit d'une commission rogatoire d'un magistrat de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (Jirs).

Jean-Luc Codaccioni, né le 3 avril 1963 à Ajaccio, ancien responsable de la sécurité du PMU au Gabon, avait été condamné en février 2016 à quatre ans de prison pour association de malfaiteurs en vue de la préparation du meurtre en bande organisée de Jean-Claude Colonna, cousin de l'ancien parrain de l'Île de Beauté "Jean-Jé" Colonna. Alors que ce dernier est mort sur le coup, l'autre homme qui l'accompagnait, Antoine Quilichin, avait succombé à ses blessures à l'hôpital.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL