Agnès Buzyn confirme le déremboursement prochain des traitements — Alzheimer

Evrard Martin
Juin 1, 2018

Les médicaments anti-Alzheimer, jugés insuffisamment efficaces et potentiellement risqués, ne seront plus remboursés à compter du 1er août, selon un arrêté officialisant une décision gouvernementale qui a suscité le tollé d'associations de malades et de professionnels.

Ces médicaments sont remboursés à hauteur de 15% par l'Assurance maladie, ce qui lui a coûté environ 90 millions d'euros en 2015. "Je devrais, dans les jours qui viennent, annoncer, effectivement, le fait que nous suivons les recommandations de la Haute Autorité de santé", a-t-elle ajouté. Manquent alors à l'appel Aricept, Ebixa, Reminyl et leurs génériques, dont le rôle est de traiter les symptômes de la maladie. On y pointait des effets indésirables "potentiellement graves", ainsi qu'un "intérêt médical insuffisant ". À l'époque, l'ancienne ministre de la Santé, Marisol Touraine, n'avait pas souhaité décider d'un déremboursement.

Ce protocole a été dévoilé le 25 mai par la HAS, via un guide et des fiches pratiques sur la prise en charge des patients souffrant d'Alzheimer et de maladies apparentées. Et appellent à "un nouvel examen des résultats scientifiques réels" avant de prendre une décision définitive "qui isolerait la France et, surtout, serait délétère pour les patients français et leur entourage".

La ministre de la Santé a assuré mercredi que cette mesure n'était pas motivée par des raisons budgétaires, mais par le fait que ces médicaments étaient considérés comme "néfastes et entraînant beaucoup d'effets secondaires, avec des fractures, des chutes".

Selon elle, la somme économisée "sera dédiée aux équipes qui prennent en charge les malades d'Alzheimer: ça n'est pas une économie pour la Sécurité sociale, c'est un transfert vers des compétences humaines". Ce n'est pas l'avis de cinq sociétés savantes et organisations professionnelles médicales: la Fédération des centres mémoire, la Fédération française de neurologie, la Société française de neurologie, la Société française de gériatrie et de gérontologie, et la Société Francophone de psychogériatrie et de psychiatrie de la personne âgée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL