Attentat du Bataclan : Des familles de victimes déposent plainte contre X

Claudine Rigal
Juin 11, 2018

"Si le commissaire avait respecté l'ordre de ne pas intervenir, on aurait peut-être eu 300 morts supplémentaires".

Alors qu'un documentaire diffusé depuis quelques jours sur Netflix donne la parole à des rescapés des attaques du 13-Novembre, 17 victimes ou familles de victimes ont décidé de porter plainte "contre X pour non-assistance à personne en péril en l'absence d'intervention des militaires lors des attentats perpétrés au Bataclan", révèle Le Parisien. Elles s'interrogent sur le fait que huit soldats, équipés de fusils d'assaut Famas et d'armes de guerre, aient reçu l'ordre de leur hiérarchie de ne pas intervenir. En même temps, les mêmes soldats ont refusé de donner leurs armes à des policiers non-armés de la BAC du Val-de-Marne qui sont arrivés les premiers dans la salle de spectacle.

Me Jean Sannier, qui est l'un des autres avocats des plaignants, va plus loin en affirmant que "l'ordre a été donné aux soldats de ne pas engager le feu avec les terroristes". Quant au député Georges Fenech, président en 2016 de la commission d'enquête parlementaire sur ces attentats, il s'est dit "sidéré". "Devant la commission, il a expliqué avoir reçu pour réponse de la Préfecture de police de Paris: 'Négatif, vous n'engagez pas les militaires, on n'est pas en zone de guerre'". 90 personnes ont perdu la vie. La force Sentinelle a été créée après les attentats de l'Hyper Cacher et Charlie Hebdo (en janvier 2015) et, moins d'un an après, elle se retrouve dans son rôle de protection des populations civiles en cas de menace terroriste et on nous explique que c'était normal de ne pas intervenir. "Je voudrais que l'État français responsable de l'ampleur du drame le reconnaisse", conclut-il, qualifiant la plainte de "démarche de vérité". Pour Samia Maktouf qui s'est exprimé auprès de Franceinfo, "ce ne sont pas les responsables qui comptent, les ministres ou les donneurs d'ordre, ce qui est important c'est une question de principe " et de préciser que "le temps n'atténue pas le questionnement qui taraude mes clients ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL