Bataclan : Médine accuse l’extrême droite de vouloir "limiter (la) liberté d’expression"

Pierre Vaugeois
Juin 11, 2018

"Sacrilège pour les victimes, déshonneur pour la France". Marine Le Pen, désormais présidente du Rassemblement national, estime ainsi qu'"aucun Français ne peut accepter que ce type aille déverser ses saloperies sur le lieu même du carnage". (Capture d'écran) Son titre " Dont laïk", dénonçant une laïcité hypocrite, avait déjà suscité la controverse, en 2015, une semaine avant l'attentat perpétré contre Charlie-Hebdo.

Médine, qui clame dans son dernier album son souhait "de jouer au Bataclan", n'a pour sa part pas réagi. "Ses paroles sont, ni plus ni moins, un appel au meurtre".

Le soutien de Médine aux familles des victimes " Je renouvelle mes condamnations passées à l'égard des abjects attentats du 13 novembre 2015 et de toutes les attaques terroristes, et assure avec la plus grande sincérité l'ensemble des familles des victimes de mon profond soutien".

"Une telle interdiction offrirait une formidable occasion à ce rappeur de s'ériger en victime de la censure", a argué pour sa part le mouvement laïque Printemps républicain, tout en interpellant les programmateurs: "Nous nous interrogeons néanmoins sur la responsabilité de la direction de la salle [.] Dans un tel lieu de mémoire, la logique purement commerciale ne peut s'imposer, seule, quant au choix des artistes invités à se produire sur scène".

Le rappeur Médine doit se produire au Bataclan en octobre
Capture Instagram Le rappeur Médine doit se produire au Bataclan en octobre

Ce lundi, Alexis Lebrun, porte-parole de l'association de victimes "Life for Paris" a défendu sur BFMTV la programmation du Bataclan en rappelant que "le Bataclan a été une victime de attentats". Ils sont donc loin d'être déconnectés des attentats, et sont assez concernés pour faire leur programmation.

"Notre association est et restera apolitique et ne laissera personne instrumentaliser la mémoire des victimes des attentats à des fins politiciennes comme c'est le cas dans cette affaire", conclut-il. "Les victimes des attentats ne serviront pas de prétexte pour défendre une cause politique".

"Notre métier c'est d'amener de la musique, des concerts, des spectacles". Ses opposants critiquent également la supposée affiche de son concert, sur laquelle il arbore un tee-shirt avec inscrit le mot "jihad".

La venue de Médine au Bataclan est au coeur d'une vaste polémique depuis 24 heures. Même s'il est "difficile de représenter une majorité" en son sein, M. Duperron, père d'une victime au Bataclan, affirme: "Certains défendent la liberté d'expression, d'autres contestent vigoureusement le personnage de Médine".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL