Carrefour. Sous pression du gouvernement, l'ex-PDG renonce à son indemnité

Xavier Trudeau
Juin 18, 2018

L'ancien PDG de Carrefour a bénéficié d'une indemnité de départ et de non-concurrence d'un montant brut de 3,98 millions d'euros. Manifestants à l'extérieur, à l'appel de la CGT, et actionnaires-salariés, à l'intérieur de la salle, ont vivement protesté, dénonçant les plus de 13 millions d'euros touchés par l'ancien dirigeant du groupe, Georges Plassat, au moment de son départ à la retraite.

Cette somme comportait près de 4 millions d'euros d'indemnité de départ sous forme d'un engagement de non-concurrence.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait sommé samedi le patronat de prendre des "mesures fortes" et jugé la rémunération de M. Plassat "choquante", dans un entretien à l'AFP. "Carrefour est depuis engagé dans un sévère plan de restructuration sous la direction du nouveau PDG, Alexandre Bompard".

Le patronat doit "prendre des mesures fortes pour renforcer le suivi et l'application par ses membres du code Afep-Medef", son code de bonne conduite, a-t-il dit à l'AFP. Fin 2016, de nombreuses critiques s'étaient élevées, y compris de la part de l'Etat actionnaire, contre le salaire du patron du constructeur automobile Renault, Carlos Ghosn (15,4 millions d'euros en 2016).

L'Afep et le Medef - qui est en pleine campagne interne pour trouver un successeur à son président Pierre Gattaz - ont estimé que le HCGE avait "démontré l'efficacité et l'indépendance de la régulation du code de gouvernement d'entreprise".

Si toutes les résolutions présentées ce matin en assemblée générale par Carrefour ont été adoptées, en dépit d'une ambiance particulièrement tendue, les actionnaires ont fortement contesté la rémunération de leurs dirigeants.

Les deux organisations indiquent qu'elles "publieront une version renforcée du code de gouvernement d'entreprise dans les prochains jours" et que "celle-ci intégrera des recommandations de nature à éviter les écarts constatés récemment".

De son côté, l'actuel PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, a annoncé qu'il fera des propositions pour que sa propre indemnité de départ, versée au terme de son mandat, qui court jusqu'au 31 décembre 2020, ne "fasse plus débat".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL