Découverte de crocodiles orange, coincés depuis 3.000 ans dans des grottes — Gabon

Evrard Martin
Juin 30, 2018

Repérés en 2008 au Gabon par Richard Oslisly un géo-archéologue, des crocodiles orange vivant dans des grottes ont été étudiés par des chercheurs. Cependant, une étude poussée a été réalisée, permettant de définir que cette dépigmentation est notamment due au manque de lumière et à la nocivité du "guano", une substance nocive à base d'excrément de chauve-souris, dans laquelle les crocodiles baignent. Depuis 2010, les trois chercheurs cartographient les grottes et ils ont recensé, à ce jour, quatre crocodiles orange sur une quarantaine de cette espèce "cavernicole ".

Ce "crocodile orange cavernicole", qui peut atteindre 1m70, est unique au monde et n'a été observé que dans ces grottes du Gabon, selon M. Oslisly.

"L'urine des chauves-souris a commencé à attaquer leur peau et transformé leur couleur", explique Olivier Testa, spéléologue et membre de l'équipe scientifique. Ainsi, les habitudes alimentaires de ces crocodiles a fortement évolué.

Des dizaines de crocodiles avec une coloration "normale" vivent dans des grottes voisines connectées à la surface, explique M. Testa, alors que les crocodiles oranges croupissent dans des grottes accessibles uniquement par des puits verticaux. " Deux ans plus tard, nous avons sorti un premier spécimen de la grotte et nous avons remarqué qu'il était orange ", se remémore le géoarchéologue Richard Oslisly, à l'origine de cette découverte.

Plusieurs couloirs plus ou moins étroits et interconnectés forment un réseau de grottes à Abanda où ils se bouchent parfois avec la montée de la nappe phréatique. Entrés alors qu'ils étaient encore petits, les crocodiles se seraient retrouvés bloqués à cause de leur taille adulte.

L'environnement particulièrement exigeant d'une cave a également poussé les bêtes à modifier leurs habitudes. Côté alimentation: dans les grottes, pas de poissons ni de crustacés, seulement des chauves souris pour les nourrir.

Selon les trois chercheurs, ces animaux sont apparentés au groupe des crocodiles nains Osteolaemus Tetraspis.

Les trois chercheurs plaident pour que les grottes d'Abanda deviennent un "sanctuaire intégralement protégé " pour ces animaux.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL