Des fillettes transformées en bombes humaines par Boko Haram au Nigeria

Claudine Rigal
Juin 18, 2018

" On s'est rendu compte que les attaques-suicides avaient été perpétrées par six fillettes dont les têtes arrachées ont été retrouvées sur les lieux du drame par des secouristes. Elles avaient entre 7 et 10 ans", a précisé un responsable du gouvernement local sous couvert de l'anonymat.

"Deux attentats-suicides et des explosions de grenades propulsées par roquettes à Damboa la nuit dernière ont fait 31 morts et plusieurs autres blessés", a déclaré le chef de la milice Babakura Kolo. Les attaques ont visé des personnes qui venaient de célébrer la fête de l'Aïd el-Fitr qui marque la fin du ramadan.

À la suite des attentats-suicides, les djihadistes ont tiré des grenades propulsées par fusée sur la foule, ce qui a augmenté le nombre de victimes.

Deux kamikazes ont fait sauter leurs explosifs à Shuwari et dans les environs de la ville d'Abachari vers 22h45 (21h45 GMT), tuant six habitants, a expliqué Kolo, en provenance de Maiduguri, la capitale de l'État, située à 88 kilomètres de la ville.

Depuis 2009, le groupe armée Boko Haram est accusé d'avoir entrainé la mort de plus de 20.000 personnes au Nigeria.

Un responsable du gouvernement local, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a confirmé le bilan des victimes.

Depuis 9 ans, l'insurrection islamiste a fait plus de 20 000 morts dans la région et s'est répandue du nord-est du Nigeria jusqu'au Niger, au Tchad et au Cameroun, créant une grave crise humanitaire. Le conflit a fait environ 2,6 millions de déplacés au Nigeria. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL