Dette grecque: Macron salue un "accord très positif"

Xavier Trudeau
Juin 24, 2018

Il a cependant retiré cette cravate bordeaux en fin de discours, arguant que le peuple grec avait "gagné une bataille mais pas la guerre" et qu'il ne la remettrait désormais qu'à chaque nouvelle victoire.

Des médias et analystes tempéraient toutefois l'optimisme, observant que le respect des obligations budgétaires prévues nécessitera une discipline de fer.

M. Tsipras, issu de la gauche radicale et qui avait toujours refusé de porter une cravate, tant que son pays serait sous le joug des créanciers, est apparu pour la première fois avec un tel accessoire, vendredi soir devant les députés de sa coalition, lors d'un discours plein d'émotion dans le centre d'Athènes. Les ministres des Finances de la zone euro se sont entendus dans la nuit de jeudi 21 juin à vendredi 22 juin sur un vaste accord mettant fin à huit années de crise, d'austérité et de plans de sauvetage pour la Grèce. Selon plusieurs sources, les discussions se sont prolongées car l'Allemagne a manifesté une résistance de dernière minute contre l'allègement de la dette de la Grèce, pourtant jugé nécessaire par ses créanciers pour assurer sa crédibilité les marchés financiers.

" Evidemment, personne ne devra perdre d'argent ", a insisté mercredi le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici.

"Je suis heureux", a déclaré le ministre grec des Finances Euclide Tsakalotos, ajoutant: "pour que ça en vaille la peine, nous devons nous assurer que le peuple grec voie des résultats concrets ".

L'Eurogroupe a accepté d'allonger de dix ans les échéances de remboursement d'une grande partie de la dette grecque, avec un début de remboursement en 2032 au lieu de 2022 jusqu'à présent. Sur cette somme, 5,5 milliards sont destinés au service de la dette et 9,5 milliards seront déboursés sur un compte spécial créé pour constituer des réserves de liquidités, à utiliser pour le service de la dette en cas de besoin.

Sous la pression de l'Allemagne, l'allègement de la dette grecque à court terme restera conditionné à la poursuite des dernières réformes, dont certaines s'étendront au-delà du 20 août et sur plusieurs mois.

Athènes sera d'ailleurs dès sa sortie du troisième programme d'aide en août, et jusqu'en 2022, sous le coup d'une surveillance encore jamais vue de la part des Européens, bien plus serrée que celles mises en place dans le passé pour le Portugal, Chypre ou l'Irlande.

Le FMI, qui n'a pas participé au dernier, restera impliqué dans la surveillance, a annoncé vendredi sa directrice générale, Christine Lagarde, présente à Luxembourg.

"C'est un programme très strict", a déclaré à la radio municipale d'Athènes 9,84 Kostas Boukas, directeur de gestion d'actifs chez Beta Securities. Selon les estimations de la Commission européenne, pour parvenir à contenir sa dette à des niveaux supportables, la Grèce devra dégager un surplus primaire (c'est-à-dire un surplus budgétaire avant paiement des dettes) de 3,5% de son PIB jusqu'en 2022, puis d'encore 2,2% en moyenne pendant. "Nous verrons si les promesses sont respectées, en particulier parce qu'elles dépendent également des développements internationaux".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL