Entente de principe au Canadien Pacifique

Xavier Trudeau
Juin 1, 2018

"On tient à remercier nos membres pour leur appui tout au long de ce processus, a dit Doug Finnson, président de la CFTC".

Les discussions ont repris après l'annonce du rejet de l'offre par les deux syndicats, vendredi, et elles se poursuivaient encore, lundi après-midi, ont indiqué à La Presse canadienne les représentants des deux syndicats concernés.

"Ça travaille toujours pour essayer de parvenir à une entente négociée avec l'entreprise".

Monette n'a pas voulu dévoiler le contenu de l'entente de principe, préférant en garder la primeur pour ses membres, comme c'est habituellement le cas en pareille circonstance.

"On n'a jamais arrêté de négocier". Le syndicat avait donc adressé un préavis de grève de 72 heures, la fin de semaine dernière, pour mardi soir.

Il attribue le fait que les parties ont finalement pu conclure une entente, après des mois de négociations, au déclenchement d'une grève qui a ainsi accru la pression sur la direction du Canadien Pacifique, mais aussi au fait que le premier ministre Justin Trudeau a déclaré mardi qu'il n'adopterait pas de loi spéciale de sitôt.

Les trains de passagers ne sont pas affectés, ni à Montréal, ni à Vancouver, ni à Toronto.

Ce sont donc les trains de marchandises, de céréales et de matières premières qui sont touchés - ce qui peut avoir d'importantes répercussions si la grève devait durer, à cause des délais dans les livraisons notamment.

Mais bien que le service soit maintenu par le CP, si des problèmes de signalisation ou des défaillances techniques survenaient aux passages à niveau, "la durée des retards pourrait être légèrement plus longue pour le rétablissement du service", a-t-on fait savoir au RTM lundi.

Les syndiqués des Teamsters avaient déjà prévu faire la grève générale illimitée à compter du 21 avril, mais une offre patronale soumise le 20 avril avait été présentée aux membres, à la demande de la ministre fédérale du Travail, Patricia Hajdu, sur recommandation des médiateurs.

Les principaux points en litige sont le fardeau de tâches, qui cause des problèmes de santé et de sécurité, selon le syndicat des Teamsters, de même que le climat de travail et les salaires.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL