François Pinault rétro-pédale sur Emmanuel Macron

Xavier Trudeau
Juin 24, 2018

Le collectionneur milliardaire François Pinault.

Le milliardaire français François Pinault s'est attiré samedi les foudres de la garde rapprochée du président Emmanuel Macron qu'il avait accusé de ne "pas comprendre les petites gens". Deux jours après la parution d'un portrait consacré au collectionneur dans M, le Magazine du Monde, dans lequel il dit que "Macron ne comprend pas les petites gens", François Pinault s'est confié au Journal du Dimanche ce 24 juin.

S'il ne conteste pas avoir prononcé cette phrase, l'industriel estime qu'il s'agit d'"une petite phrase largement tronquée".

Il n'a pas manqué de réagir sur BFM TV en qualifiant cette remarque d'"un trait d'esprit à la performance artistique", et de rajouter que "le cœur de notre combat - l'émancipation - c'est d'assurer à une fille de chômeur peu qualifié, dans une zone d'éducation prioritaire, les mêmes chances dans la vie que le fils de Monsieur Pinault". Et d'ajouter: "La différence entre Macron et Pinault c'est que le président parle, lui, de citoyens émancipés et leur donne les moyens de s'émanciper". Le porte-parole de l'Élysée cite en exemple les revalorisations du minimum vieillesse et de l'allocation aux adultes handicapées ou encore la réforme de la formation professionnelle. "Juste avant de partir à New York [où Le Monde l'a rencontré], il est passé voir Jacques Chirac rue de Tournon, dans l'ancien hôtel particulier qu'il a mis à disposition de l'ancien président et de son épouse", écrit le journal. Le milliardaire y avait évoqué sa "peur" qu'Emmanuel Macron "mène la France vers un système qui oublie les plus modestes".

"De la part de quelqu'un qui pendant longtemps n'a pas payé d'impôts, je ne suis pas certain qu'il comprenne lui-même les petites gens", a ironisé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, invité sur Europe 1 à commenter les propos du fondateur du groupe de luxe Kering (Yves Saint-Laurent, Gucci.).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL